PRIX DU BALAI D’OR 2019 9E EDITION Les Prétendants

VOILA Après la 8e édition qui ce conclura par la remise du Prix 2018 à Mme Johana Gustawsson  Lauréate du Prix littéraire du Balai D’OR 2018  pour son roman Mor chez Bragelonne édition à St Malo le 8 Décembre à 18h à la librairie  à L’étagère.

Vous pourrez également applaudir les autres lauréats le 8 Décembre 2018 / Mr Maxime Gillio ( balai d’argent); Mr Laurent Loison ( balai de Bronze) et Mr Guillaume Ramezi (Prix du balai de la Découverte)

 Voici les 18 Jurées qui ont déjà commencé à lire la 9e sélection : Franck Pittoni, Muriel Leroy, Brunal Chanson, Jean Dewilde, Pierre Faverolle, Maud Vandenbyvanghe , Sophie Scutnaire, Rem Dl , JM Andmore, Fabienne Lecomte , Denis Lecomte, Taylor La Mouette, Dominique Lafosse , Ann Lafosse, Frederique Comte, Brigitte Marechaux, Delphine Leroy et votre serviteur Richard Contin.

Je remercie les 18 Jurées de leurs confiance

 

 

Prix du Balai D’OR 2019       9e Éditions

SÉLECTION DES ROMANS

 

18 romans internationaux en compétition

Lecture entre octobre et juin soit 2 romans par mois

Mi juin – sélection des 8 romans finalistes

Soirée de délibération en septembre sur Paris

 

1 – Power – Michaël Mention (France) – Stéphane Marsan Edition

« Ici, comme dans les autres ghettos, pas d’artifice à la Marilyn, ni de mythe à la Kennedy. Ici, c’est la réalité. Celle qui macère, mendie et crève. »

 

  1. Enlisés au Vietnam, les États-Unis traversent une crise sans précédent : manifestations, émeutes, explosion des violences policières. Vingt millions d’Afro-Américains sont chaque jour livrés à eux-mêmes, discriminés, harcelés. Après l’assassinat de Malcolm X, la communauté noire se déchire entre la haine et la non-violence prônée par Martin Luther King, quand surgit le Black Panther Party : l’organisation défie l’Amérique raciste, armant ses milliers de militants et subvenant aux besoins des ghettos. Une véritable révolution se profile. Le gouvernement déclare alors la guerre aux Black Panthers, une guerre impitoyable qui va bouleverser les vies de Charlene, jeune militante, Neil, officier de police, et Tyrone, infiltré par le FBI. Personne ne sera épargné, à l’image du pays, happé par le chaos des sixties.

 

Un roman puissant et viscéral, plus que jamais d’actualité.

 

2 – Le Loup d’Hiroshima – Yuko Yuzuki (Japon) – Atelier Akatombo Edition

Juin 1988. Préfecture d’Hiroshima.

Le commandant Ôgami a la réputation d’être l’un des meilleurs enquêteurs du Japon. Mais selon la rumeur, il serait trop proche des yakuzas. Sa hiérarchie le trouve ingérable, pourtant elle ne peut se passer de lui. Surtout au moment où une nouvelle guerre des gangs menace, après la disparition du comptable d’une officine de prêt dirigée par la pègre.

Sur la côte nord de la Mer intérieure, l’été est un étouffoir et la tension monte vite entre bandits d’honneur et truands vicieux. C’est dans ce contexte périlleux que le jeune lieutenant Hioka est propulsé adjoint du commandant.

Il découvre rapidement que l’image de loup solitaire d’Ôgami est justifiée. Ses méthodes sont très personnelles voire brutales et il ne lâche jamais sa proie. Le commandant va d’emblée créer une relation de maître à disciple avec sa nouvelle recrue et l’entraîner dans une course contre la montre. Mais n’est-il pas déjà trop tard ?

Quand un apprenti gangster est assassiné, la tension monte d’un cran dans le monde yakuza. Ôgami parviendra-t-il à éviter le bain de sang ? Quel secret le lie à la belle Akiko, hôtesse d’un bar-restaurant de nuit ? La corruption est-elle vraiment où on l’imagine ?

Hioka, candide au pays des coups tordus et témoin de tous les instants, n’aura d’autre choix que de s’engager dans un rude voyage initiatique dont personne ne sortira indemne.

 

3 – Comme des rats mort – Benedek Totth (Hongrie) – Acte Sud Edition

 

Ils fréquentent le même lycée et partagent les mêmes passions : la natation, le sexe, la drogue, les jeux vidéo? Quand ils ne sont pas à la piscine en train de s’entraîner, ils picolent, fument joint sur joint, jouent à GTA, matent des pornos et cherchent à se faire sucer par les filles. Le problème des ados, c’est que ça s’emmerde vite, et des ados qui s’emmerdent, c’est jamais très loin de faire une connerie. C’est ce qui s’est passé ce soir-là. Ils avaient coché toutes les cases : une voiture « empruntée », l’aiguille dans le rouge au compteur, les pupilles bien dilatées. Résultat : un mort. À partir de là, tout s’enchaîne. Portrait désespérant de justesse des ados d’aujourd’hui, Comme des rats morts est un roman noir sombre et brillantissime. Une sorte de Trainspotting à la piscine. Un choc.

 

4 – Evasion – Benjamin Whitmer (USA) – Gallmeister Edition

  1. Le soir du Réveillon, douze détenus s’évadent de la prison d’Old Lonesome, autour de laquelle vit toute une petite ville du Colorado encerclée par les montagnes Rocheuses. L’évènement secoue ses habitants, et une véritable machine de guerre se met en branle afin de ramener les prisonniers… morts ou vifs. À leurs trousses, se lancent les gardes de la prison et un traqueur hors pair, les journalistes locaux soucieux d’en tirer une bonne histoire, mais aussi une trafiquante d’herbe décidée à retrouver son cousin avant les flics… De leur côté, les évadés, séparés, suivent des pistes différentes en pleine nuit et sous un blizzard impitoyable. Très vite, une onde de violence incontrôlable se propage sur leur chemin.

Avec ce troisième roman impressionnant, Benjamin Whitmer s’impose comme un nouveau maître du roman noir américain.

 

5 – Dans les angles Morts – Mme Elizabeth Brundage (USA) Quai Voltaire Edition

En rentrant chez lui un vendredi après-midi de tempête de neige, après une journée à l’université privée de Chosen où il enseigne l’histoire de l’art, George Clare trouve sa femme assassinée, et leur fille de trois ans seule dans sa chambre ? depuis combien de temps ? Huit mois plus tôt, il avait fait emménager sa famille dans cette petite ville étriquée et appauvrie (mais récemment repérée par de riches New-yorkais à la recherche d’un havre bucolique) où ils avaient pu acheter pour une bouchée de pain la ferme des Hale, une ancienne exploitation laitière. George est le premier suspect, la question de sa culpabilité résonnant dans une histoire pleine de secrets personnels et professionnels. Mais Dans les angles morts est aussi l’histoire des trois frères Hale, qui se retrouvent mêlés à ce mystère, en premier lieu parce que les Clare occupent la maison de leur enfance, celle qu’ils ont dû quitter après le suicide de leurs parents. Le voile impitoyable de la mort est omniprésent ; un crime en cache d’autres, et vingt années s’écoulent avant qu’une justice implacable soit rendue. Portrait riche et complexe d’un psychopathe, d’un mariage aussi, ce roman étudie dans le détail les diverses cicatrices qui entachent des familles très différentes, et jusqu’à une communauté tout entière.

 

6 – Etoile Morte – Ivan Zinberg (France) Critic Edition

Michael Singer, journaliste, enquêtant sur l’agression sexuelle d’une présentatrice de journal télévisuel, découvre le monde du cinéma pornographique. Parallèlement, les inspecteurs Sean Madden et Carlos Gomez recherchent le meurtrier d’un riche homme d’affaires. Les pistes se croisent.

 

7 – Peur – Dirk Kurbjuweit (Allemagne) Delcourt Edition

« J’avais toujours cru mon père capable de commettre un massacre. Dès qu’il était question d’une tuerie aux informations, je retenais mon souffle jusqu’à ce que le nom du coupable tombe. Pure paranoïa, j’en conviens, mais nos peurs d’enfant ont la peau dure. »

Randolf Tiefenthaler affirme avoir eu une enfance normale, même si son père collectionnait à leur domicile un véritable arsenal. Marié et père de deux enfants, Randolf, aujourd’hui architecte, s’enorgueillit d’avoir acheté pour sa famille un nouvel appartement situé dans un quartier cossu de Berlin. Mais son confort bourgeois et ses convictions progressistes sont torpillés le jour où il rencontre l’homme qui vit sous leurs pieds. Dieter Tiberius se révèle vite un voisin menaçant, un harceleur au comportement de plus en plus erratique et inquiétant. Randolf Tiefenthaler devra répondre à une question que l’on n’aimerait jamais avoir à se poser : jusqu’où est-on capable d’aller pour protéger sa famille ?

 

8 – Candyland – Jax Miller (USA) Ombres Noires Edition

Pennsylvanie de nos jours. Plongée au coeur des Appalaches, dans la communauté Amish. Pauvreté, villes fantômes et secrets de famille. Sadie Gingerich est en lutte constante contre la société américaine moderne dans laquelle elle tente aujourd’hui de vivre. Ce fragile équilibre s’effondre lorsque son fils est assassiné par sa petite-amie. Danny Kendricks, le père de la meurtrière est aux prises avec son passé de criminel qu’il tente de faire oublier. Sadie et Danny se rencontrent, unis par leur souffrance mais leur passé revient en force. Roman noir dans une Amérique en crise, Candyland ou un prequel moderne au conte d’Hansel et Gretel.

 

9 – Ayacucho – Alfredo Pita (Perou) Métailié Edition

Dans l’air pur des montagnes d’Ayacucho règne une odeur de mort. Pourtant, quand Vicente Blanco, reporter espagnol, débarque dans la ville andine pour enquêter sur le Sentier lumineux, il ne voit rien. Les militaires paradent, l’archevêque Crispin joue au basket, les habitants se taisent, les “subversifs” se cachent. Pas de scènes tragiques, pas de barricades, pas de combats. Tout juste, parfois, quelques bruits de balles. Avec deux journalistes locaux qui deviennent vite des amis, Vicente découvre lentement l’horreur de cette guerre sourde et silencieuse, qui dans les campagnes alentour prend les populations en otage. À force de courage et d’investigations, ils ont la preuve que l’armée a trouvé une méthode pour faire disparaître les corps.

Mais la vérité peut s’avérer dangereuse, et les journalistes sont des cibles à abattre. Dans une prose visuelle et lyrique, avec un sens de la narration extraordinaire, Alfredo Pita raconte magistralement cette guerre sale, et rend un hommage vibrant à ses victimes, anonymes ou non. “Le” roman de la violence péruvienne des années 80 et 90.

 

 

10 – Six-Quatre – Hidéo Yokoyama (Japon) – Liana Lévy Edition

Une fillette a été enlevée et assassinée à 100 km de Tokyo, en 1989, an 64 du règne de l’empereur Shôwa. Nom de code de l’affaire : Six-quatre. L’inspecteur Mikami faisait partie de l’équipe chargée de la traque mais le ravisseur avait réussi à fuir avec la rançon. Impossible pour lui d’oublier cet échec cuisant, que la récente et mystérieuse disparition de sa propre fille ne fait que rappeler…

Presque quatorze ans ont passé, dans le même commissariat, il dirige le service des relations presse. On lui demande d’organiser la couverture médiatique de la visite du grand chef de la Police nationale, destinée à montrer que les recherches continuent. Si les journalistes, en plein bras-de-fer avec les RP, veulent bien se prêter au jeu. Pour organiser la visite, Mikami se rend au domicile du père de la fillette. Ce dernier semble en vouloir à la police. Y aurait-il un loup caché ? Pourquoi les officiers ayant suivi le Six-quatre ont-ils changé de service ou démissionné ? Et que sont ces « Notes Kôda » que le chef du personnel semble à tout prix vouloir retrouver ? Soudain, tout s’accélère : un nouvel enlèvement a lieu…

Yokoyama promène le lecteur à travers les doutes de Mikami, et brosse un tableau de la société japonaise, de la presse et des enjeux d’une information en temps réel.

 

11 – L’Essence du Mal – Luca D’Andrea (Italie) – Sueur Froide Denoël Edition

En 1985, dans les montagnes hostiles du Tyrol du Sud, trois jeunes gens sont retrouvés morts dans la forêt de Bletterbach. Ils ont été littéralement broyés pendant une tempête, leurs corps tellement mutilés que la police n’a pu déterminer à l’époque si le massacre était l’oeuvre d’un humain ou d’un animal. Cette forêt est depuis la nuit des temps le théâtre de terribles histoires, transmises de génération en génération. Trente ans plus tard, Jeremiah Salinger, réalisateur américain de documentaires marié à une femme de la région, entend parler de ce drame et décide de partir à la recherche de la vérité. A Siebenhoch, petite ville des Dolomites où le couple s’est installé, les habitants font tout – parfois de manière menaçante – pour qu’il renonce à son enquête. Comme si, à Bletterbach, une force meurtrière qu’on pensait disparue s’était réveillée.

 

12 – Au cinquième étage de la faculté de droit – Christos Markogiannakis (Grèce) Editions Albin Michel

Cinquième étage de la faculté de droit d’Athènes, section de criminologie. Anghélos Kondylis, doctorant en criminologie, découvre le corps sans vie de la professeure Irini Siomou… avant d’être tué à son tour. Chargé d’enquêter sur ce double meurtre, Christophoros Markou, jeune capitaine fraîchement diplômé, entre dans l’univers secret de l’Université : un effrayant dédale où s’entrelacent ambitions professionnelles, compromissions, lâchetés et vanités. Markou trouvera-t-il la lumière ? Puisant dans sa propre expérience, Christos Markogiannakis, diplômé de criminologie et de droit, auteur d’un essai remarqué, Scènes de crime au Louvre, signe un brillant premier polar qui dévoile la personnalité atypique du capitaine Markou, empêcheur de tourner en rond dans une Grèce au bord du chaos.

 

13 – Night Train – Nick Tosches (Usa) Rivages Edition

 

Une biographie de Sonny Liston, que Nick Tosches définit comme « le plus redoutable des hommes, le plus invincible des boxeurs poids lourds ». Devenu champion du monde des poids lourds en 1972, Liston semblait avoir alors exorcisé son passé de fils d’esclave, d’homme de main de la pègre, de forçat condamné pour vol à main armée. Il s’était frayé un chemin jusqu’au sommet, et ceux qu’il affrontait sur le ring disaient que personne ne pouvait l’arrêter. Sonny, de son côté, savait qu’il en était autrement. Ses liens avec la pègre, sa violence, provoquée par l’alcool, en avaient fait un champion impopulaire mais craint. Et lorsqu’il perdit son titre face à Muhammad Ali, presque sans combattre, tout le monde – à commencer par lui – semblait s’en moquer. Sans comprendre qu’il avait commencé sa lente descente aux enfers, qui ne trouverait de fin qu’avec sa mort.

 

14 – L’homme Craie – C.J Tudor (Angleterre) Pygmalion Edition

« Le problème, c’est que nous n’avons jamais réussi à nous mettre d’accord sur le début. Est-ce quand Gros Gav a reçu le seau de craies pour son anniversaire? Est-ce quand nous nous sommes mis à nous en servir pour dessiner des bonshommes? Ou quand ils ont commencé à apparaître d’eux-mêmes? Est-ce le terrible accident? Ou quand on a retrouvé le premier cadavre? »

 

  1. Eddie et ses amis sont encore des enfants. Ils passent leurs journées à parcourir en vélo leur petit village anglais, en quête de distractions. Ils ont élaboré un langage secret: de petits bonshommes allumettes tracés à la craie qu’eux seuls peuvent comprendre. Mais, un jour, l’un de ces mystérieux dessins les conduit jusqu’à un corps démembré qui change leur existence pour toujours.

 

  1. Eddie croit avoir définitivement tourné la page lorsqu’il reçoit une lettre contenant un nouveau bonhomme craie. Ses amis d’enfance ont reçu la même missive, mais ce qui ressemble à un canular prend une tournure dramatique lorsque l’un d’eux est tué.

 

Pour sauver sa peau, Eddie comprend qu’il devra faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé trente ans plus tôt.

 

Alternant habilement le passé et le présent, L’Homme Craie s’inscrit parmi les très grands thrillers. Les personnages ont tous leur part d’ombre, chaque énigme est astucieusement dénouée et les nombreux rebondissements déjoueront les lecteurs les plus perspicaces.

 

15 – Boréal – Sonja Delzongle (France) Denoël Edition

Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un oeil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s’envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition

 

16 – Le Mal en Soi – Antonio Lanzetta (Italie) Bragelonne Edition

Le petit bourg de Castellaccio, dans la région du Cilento, au sud de l’Italie, abrite un très vieux saule. À la fin de l’été 1985, on a retrouvé le corps de la jeune Claudia pendu à ses branches, sa tête décapitée gisant entre les racines. Trente et un an plus tard, pendue au même arbre, torturée de la même façon, la dépouille grouillante de vers d’une autre jeune fille contemple Damiano Valente, le Chacal, un célèbre écrivain de true crime. L’Homme du saule est revenu à Castellaccio.

Hypersensible, méthodique et acharné, le visage rongé de cicatrices et condamné à traîner sa jambe brisée, tenant grâce à la morphine, Valente est hanté par cet été de la peur où lui et ses amis Claudia, Flavio et Stefano ont été fauchés par la haine, la folie et la mort. Quand le commissaire De Vivo l’appelle sur l’enquête, la traque peut commencer.

 

 

17 –L’Affaire Rose Keller Mr Ludovic Miserole (France) chez French Pulp Edition

 

Rose Keller est au chômage depuis plus d’un mois. Elle est réduite, en ce dimanche de Pâques du 3 avril 1768, à mendier sur la Place des Victoires à Paris.
En acceptant de suivre, pour un écu, un jeune homme soigneusement habillé qui a besoin de quelqu’un pour un peu de ménage dans sa maison d’Arcueil, elle ne peut se douter qu’elle se dirige tout droit vers l’enfer.
Elle ne sait pas encore que l’homme qui vient de l’engager n’est autre que Donatien Alphonse François de Sade, celui qu’on surnommera  » le divin marquis « , qui lui fera subir les pires outrages imaginables.

 

 

18- Blanc sur noir de Mme Kris Nelscott ( états unies) chez l’Aube Noire Edition

 

 

La vie dans le Chicago des années 1960 ressemble à une balade sur le fil d’un rasoir. Les Blancs considèrent l’émancipation des Afro-Américains comme une maladie contagieuse – et mortelle. De leur côté, de nombreux jeunes Noirs du ghetto ne rêvent que de révolution violente. C’est dans ce contexte que plusieurs personnes sont tuées dans le quartier où Smokey et Jimmy essaient de reconstruire leur vie, attirant inévitablement le regard inquisiteur des flics. À première vue, rien ne relie ces meurtres. Mais il est facile d’y deviner la ligne invisible tracée par les Blancs pour tenter de contenir l’avancée des Noirs enrichis qui commencent à migrer vers des quartiers plus chic… et plus sûrs.