Havre nuit d’Astrid Manfredi Belfond Edition

Voici une nouvelle rubrique pour que le Blog continu de fonctionné.

Et j’ai demandé à 6 Chroniqueurs de talent de faire vivre ce blog.

Et vous allez voir il y a vraiment beaucoup de talent chez ces chroniqueurs et chroniqueuses.

Et je vous promet que vous verrez aussi quelques fois des interviews apparaitre ;-)

Pour troisième chronique une passionnée et une amie Mme Cécile Bontonnou

Bonne Lecture

Richard Contin


Une étudiante prend un homme en auto-stop sur une aire d’autoroute, un soir de 31 décembre, et entraîne l’inconnu dans une fête au Havre. Le lendemain, elle apprend le meurtre sauvage d’une fille qu’elle avait aperçue au cours de la soirée.
Quelques années plus tôt.
Laszlo est inscrit à la Sorbonne. Il sèche les cours et, au bistrot, observe une étudiante penchée sur ses cours de criminologie. Laszlo est amoureux mais c’est avec d’autres filles à la peau diaphane qu’il passera ses nuits.
Il n’oubliera jamais Alice, devenue inspectrice. A défaut de la posséder, il laissera sur ses scènes de crime ce que seule Alice pourra trouver.

Aussi touchant que glaçant, Havre nuit dit l’amour impossible entre deux êtres nés sous une mauvaise étoile. Après La Petite BarbareAstrid Manfredi nous conte une deuxième histoire de la violence des âmes et des corps.

Havre nuit, un polar ?

Peut-être !!!!

Il y a des meurtres, un méchant que l’on adore détester, une flic amochée par la vie, un jeu du chat et de la souris entre ces deux-là, des journalistes qui tentent de comprendre et une enquête qui sera sans doute bouclée d’ici la fin du livre.

Mais, parce qu’il y a un grand MAIS, un énorme MAIS, un gigantesque MAIS, Astrid Manfredi propose très vite une deuxième lecture à cette histoire et c’est celle-ci qui est bien plus intéressante.

Les deux protagonistes principaux sont passionnants.

Lazlo est d’une beauté absolue, il est magnétique. Mais il est également brillant, d’une intelligence rare qui ne trouvera pas réellement sa place dans la société actuelle qui met dans des cases et déteste que l’on sorte du cadre.

« Il est là. Beau sans raison. Intelligent sans le vouloir.
De sa haute taille, il parle aux filles sans les envisager. Et elles lèvent le menton quémandant son désir. Il ne baisse pas la tête, jamais.
Il gagne ses parties de flipper. Mais il ne triche pas. Il est doué, c’est tout.
Il aime la poésie. […] »

Alice a décidé d’entrer dans la police pour combler ses blessures mal cicatrisées peut-être. Elle est belle, d’une beauté brune et animale. Elle est seule, toujours. Elle avance dans la vie comme dans un long couloir de souffrance, ne prêtant attention à personne, semble-t-il.

« Une contenance obstinée et intelligente. Un écureuil dans un corps de félin. Prompt, avisé, farouche.
Elle n’est pas mon autre. Elle est moi. En mieux. Un moi affamé de possibles ».

Lorsqu’ils se croisent pour la première fois, le coup de foudre est immédiat. Mais leur incapacité à aimer rendra leur histoire commune impossible…. et pourtant, elle les hantera l’un et l’autre toute leur vie.

Ils se perdront. Lazlo a choisi d’errer par le monde, de s’abimer dans l’alcool, la drogue et le sexe violent…. Alice reviendra vivre au Havre, cette ville à la fois maudite et adorée dans laquelle elle s’abime dans le travail, l’alcool, le tabac et le sexe violent.

Mais inévitablement, c’est deux-là vont se retrouver.

Astrid Manfredi offre un roman noir, âpre, amer mais avant tout d’une grande puissance. Havre nuit est un roman hypnotique qui ne peut que se lire en une seule fois tellement les mots sont à la fois poétiques, subtils et forts.

Havre nuit est un roman d’amour sombre, sûrement parce que l’amour finit mal en général, mais surtout parce qu’il donne corps à des personnages à la psychologie finement travaillée, à l’âme douloureuse et à la vie torturée.

Un roman d’une grande force qui ne peut laisser indifférent…. un roman beau et tragique sur l’Amour-fou !

La première phrase :

« Tu sais que tu n’aimeras jamais cette fille assise à tes côtés
simplement parce qu’elle a agrémenté ses cheveux de fleurs en tissu. »

 

Mme Cécile Bontonnou

 

Havre nuit d’Astrid Manfredi
Belfond
En librairie depuis le 2 février 2017

218 pages, 18 €
Service Presse