Mr Niko Tackian pour son roman Toxique chez Calmann-Lévy Edition.

Bonjour à tous sur le divan aujourd’hui Mr Niko Tackian pour son roman Toxique chez Calmann-Lévy Edition.

Polar très noir, tendu, nerveux, à l’image de son héros, Tomar Khan. Marqué par la vie et une histoire familiale omniprésente, toujours sur le fil, à la limite de la légalité, Khan est un flic instinctif, entier, qui ne lâche jamais, quitte à tout perdre!!
Une écriture intense, brutale, des personnages intéressants, une méchante bien tordue, j’ai kiffé énormément !

Une écriture Maîtrisé qui va droit au but, des chapitres court et vous êtes emmenée direct.

Un grand roman et la découverte d’un grand écrivain.

Voici le résumé du roman :

Certains aiment entrer dans votre vie, certains aiment exercer leur pouvoir sur vous, Certains aiment vous séduire pour vous détruire. Ce sont les personnalités toxiques. Janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crime envoie le commandant Tomar Khan, chef de groupe de la section 3, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes.

A première vue, l’affaire est simple, « sera bouclée en 24 h », a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il y paraît. Et il comprend tout de suite que la pure violence de ce meurtre est un faux-semblant. Tandis qu’il enquête avec son équipe de la Crime, sa vie prend un tour très sombre.

D’abord, il apprend qu’on a retrouvé dans le bois de Boulogne le cadavre d’un violeur récidiviste qu’il connaît bien. La dernière fois qu’il l’a vu, dans ce même bois, le Bob en question était salement amoché par la correction qu’il venait de lui donner, mais vivant. Tomar va devoir veiller à ce que personne ne remonte jusqu’à lui. Et puis, le même jour, ce qu’il redoute depuis près de vingt ans se produit : l’homme qu’il paye chaque année pour se tenir éloigné de sa mère et de son frère ressurgit, avec un chantage imparable.

Un début d’année douloureux, donc, pour Tomar entre batailles intérieures et conflits ouverts.

Je vous souhaite une bonne semaine.

 

Bienvenue sur le divan du concierge! Ma première question pour mieux vous connaître. Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs et lectrices qui ne vous connaissent pas ?

 

Je m’appelle Niko Tackian, je suis auteur depuis une petite vingtaine d’années. D’abord dans la BD(j’ai publié une trentaine d’album) puis je suis devenu scénariste pour la télévision et le cinéma. J’ai réalisé un film, travaillé dans le secteur du jeu vidéo et finalement, depuis cinq ans, j’écris des romans. En janvier 2018 sortira mon quatrième roman.

 

Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

 

A travers ma première carrière, celle de journaliste presse écrite. Mais même avant, lors de mes études de droit, je manipulais déjà les histoires (qu’on appelle « cas pratiques ») et la plume. Et encore avant cela, je pratiquais assidûment le jeu de rôle qui est une autre façon de raconter des histoires… c’est donc une vieille passion.

 

 

Comment vous est venue l’idée d’écrire « Toxique » ?

 

Toxique est avant tout l’histoire de Tomar Khan. Avant même le personnage de Marie Thomas et la thématique de la sociopathie, il y avait Tomar qui est une transposition du mythe du minotaure. Il est le minotaure, fils d’une bête, expiant ses pêchers entre les murs du labyrinthe (ses enquêtes).

 

Deux mois après les attentats qui ont ensanglanté l’automne parisien en 2015, en plein état d’urgence, vous retranscrivez parfaitement dans votre roman avec beaucoup de tact, par petites touches, sans céder à la paranoïa, c’était votre but ? Mettre les lecteurs dans cette ambiance ?

 

J’ai écrit Toxique pendant les événements que je décris dans le roman. Cela a été un tel choc pour tous que c’est devenu une évidence pour moi que Tomar Khan était un flic du présent, et que ces enquêtes se dérouleraient en « temps réel » de mon écriture. J’ai gardé ce principe pour la suite et les tomes suivants.

 

Parlez-nous de « Tomar Khan » que j’ai énormément aimé.

 

Comme je l’expliquais c’est le personnage fondateur de la série. C’est un homme qui s’est construit sur la violence d’un père et qui, pour contenir sa propre violence, s’est réfugié dans le sport, une hygiène de vie stricte et son univers très réglementé de flic. Pourtant sa carapace se fissure de toutes parts et il devient de plus en plus border line au file du récit. Tomar c’est aussi un « gentil » avec un code d’honneur et des valeurs morales. Mais son instinct le met souvent en contradiction avec ces valeurs… et puis il y a la culpabilité qui le hante et qui, dans Toxique, prend la forme d’un personnage …

 

 

Le personnage toxique est mis en scène dans un environnement qui pourrait être notre quotidien à tous…Parlez nous de la création de ce personnage.

 

J’ai développé l’aspect psychologique dans tes questions précédentes, pour le reste j’avoue que Tomar me ressemble assez. Même goût du sport, même côté un peu rugueux, il habite pas très loin de chez moi, va dans des lieux que je connais bien, mange dans les mêmes cantines que moi… et puis on partage un autre point commun, on est pas forcément très bavard avec les gens qu’on ne connaît pas…

 

 

Avez-vous une anecdote à partager avec nous sur votre roman ?

 

Si vous avez lu Toxique, vous savez qu’il y a un chapitre où il arrive des bricoles à un teckel à poil dur. Le p’tit gars se nomme Ubak et il finit assez mal entre les mains de Marie Thomas. Ubak c’est le nom d’un ancien Teckel de ma sœur, une bestiole assez hargneuse qui avait l’habitude d’essayer de me mordre les mollets à chaque fois qu’il me voyait. Je lui ai réglé son compte dans le roman même s’il a rejoint le dieu des teckels depuis bien longtemps, mais visiblement personne ne s’en est encore rendu compte dans ma famille. C’est le grand pouvoir du romancier sur ses personnages… Attention à vous mon stylo a des dents !

Quelle musique accompagnerait le mieux votre roman ?

 

La BO de la série TV « The Leftovers » qui m’a accompagné durant toute l’écriture. Max Richter c’est un très grand compositeur de la trempe de Hans Zimmer.

Devient-on auteur de Thrillers pour exorciser ses envies de meurtre ?

Je suis auteur de Thrillers mais j’aurai pu écrire de la fantasy, de la SF, du space opéra, de l’anticipation ou du post apocalyptique… Moi ce que j’aime c’est raconter des histoires. L’avantage du thriller est que ce genre possède une structure narrative très efficace car basé sur la tension et le suspens. Il est plus facile de happer le lecteur (ou le spectateur) dans un thriller que dans une romance historique… C’est un genre finalement assez technique et construit ce qui me correspond bien.

 

Comment écrivez-vous ?

J’écris deux heures tous les matins à l’endroit où je me trouve (généralement chez moi sur la table du salon). Deux heures sur mon roman en cours, mais ensuite je passe aux scenarii en développement et là ça me prend entre deux et quatre heures de plus. L’après-midi je vais à la salle de boxe ou de muscu, je fais mes rdv quand j’en ai, je gère les réseaux sociaux.

 

Quels sont vos écrivains préférés ? Et quel est votre livre de chevet actuellement ?

 

Sans hésitation PK Dick et Stephen King. Voilà mes deux maitres en la matière. En BD c’est Alan Moore et Neil Gaiman (que j’adore aussi en roman). Actuellement je lis « Nous rêvions juste de liberté » de Henri Loevenbruck car il m’a été fortement conseillé.

Quel est votre premier lecteur, ou première lectrice quand votre roman est terminé ?

Mon éditrice Caroline Lépée. Je ne fais lire mon manuscrit a personne d’autre.

 

Quels sont vos films préférés ?

 

J’en ai des caissons. Mais bon, dans les films récents au cinéma je dirai MAD MAX, The revenant, Dunkirk, Get out, Split, It comes at night…

Sinon dans les historiques j’ai bien entendu Blade Runner, la trilogie Star Wars et plein plein d’autres films des années 80.

Le concierge est curieux ! Etes vous en train d’écrire un nouveau roman ?

J’ai déjà terminé d’écrire la suite des aventures de Tomar Khan. Ce nouveau tome sortira en janvier 2018 . Et je suis en train de développer l’histoire de mon roman suivant qui sera un Thriller en one shot ressemblant plus à mes premiers thrillers.

 

Quel sera votre mot de fin pour cette interview ?

J’aimerai remercier les gens qui me font quotidiennement des retours sur mes romans par le biais des réseaux sociaux et des salons. En arrivant dans le monde du roman, et particulièrement du polar, j’ai découvert une véritable famille de passionnées et une véritable générosité. Alors voilà, merci à vous et à bientôt