« Derrière les portes » de Mme B.A Paris chez Hugo Thriller

Sur le divan cette semaine un énorme coup de cœur, nous accueillons Mme B.A Paris pour son roman « Derrière les portes » chez Hugo Thriller.

En apparence, Jack et Grace ont tout pour eux. L’amour, l’aisance financière, le charme, une superbe maison. Le bonheur. Vous connaissez tous un couple comme celui qu’ils forment, le genre de couple que vous aimeriez connaître mieux. Vous adoreriez passer davantage de temps avec Grace, par exemple. L’inviter à déjeuner, seule. Et pourtant, cela s’avère difficile. Vous réalisez que vous ne voyez jamais Jack et Grace l’un sans l’autre. Est-ce cela que l’on appelle le grand amour ? À moins que les apparences ne soient trompeuses et que ce mariage parfait ne dissimule un mensonge parfait. Car pourquoi Grace ne répond-elle jamais au téléphone ? Et pourquoi les fenêtres de la chambre sont-elles pourvues de barreaux ?

 

Ce roman est un bijou niveau écriture, oui pas besoin de 30 litres de sang, 20 meurtres et un commissaire alcoolique ou déprimé.

Juste, à chaque page, un mot va vous déclencher des frissons, un engrenage petit à petit va se mettre en route.

Une écrivaine à découvrir absolument vous ne serez pas déçu.

Je vous souhaite une bonne fin de semaine à tous.

 

 

 

 

Bienvenue sur le divan du concierge. Ma première question me permet de mieux vous connaître. Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs et lectrices qui ne vous connaissent pas ? Comment êtes-vous venue à l’écriture ?

 

Tout d’abord merci pour vos questions, je suis ravie d’y répondre! Je suis née en Angleterre, j’ai déménagé en France quand j’avais 21 ans et j’y vis toujours aujourd’hui! L’écriture a toujours eu une place importante dans mon esprit mais avec cinq filles, je n’avais jamais le temps. Puis, il y a environ 7 ans, j’ai découvert un concours d’écriture dans le Sunday Times, j’en ai parlé à l’une de mes filles, je savais qu’elle avait une idée de roman en tête. Quand elle a lu le règlement, elle a découvert qu’elle était trop jeune pour participer et m’a suggéré de tenter ma chance. Je m’étais toujours plutôt imaginée en auteure de livres pour enfants donc le fait de devoir écrire un roman de 80 000 mots m’intimidait. Mais cette nuit-là, j’ai eu une idée d’histoire et j’ai commencé à écrire le jour suivant. Je n’ai pas gagné le concours mais je n’ai plus jamais arrêté d’écrire depuis!

 

 Comment vous est venue l’idée d’écrire « Derrière les portes » ?

 

Il y a quelques années, j’ai eu des doutes au sujet d’un couple d’amis. Il y avait quelques petites choses qui me faisaient me demander si elle vivait sous contrôle de son mari. Ca m’a donné l’idée de l’histoire et c’est ainsi qu’est né Derrière les portes.

 

 

Je voudrais que vous nous parliez de votre personnage principal que vous avez réussi magistralement «Grace », comment l’avez-vous créé ?

 

J’ai choisi de faire de Grace une femme intelligente et qui a réussi parce que les gens ont souvent de fausses idées sur les victimes de violences domestiques, qu’elles soient physiques ou psychologiques. C’est bien plus facile d’imaginer ces femmes comme étant faibles et sans instruction mais la réalité est très différente.

 

Avocat Brillant, Bel Homme, attentionné, comment avez vous créé le personnage de « Jack » qui est vraiment diabolique ?

 

Je n’avais pas prévu de faire de Jack un personnage aussi mauvais qu’il l’est. Je n’ai jamais imaginé que je serais capable de créer un personnage aussi tordu et manipulateur. Mais quand j’écrivais, j’avais l’impression que Jack prenait le dessus, comme s’il sentait que je ne faisais pas un assez bon travail. Quelquefois, quand je relisais ce que j’avais écrit la veille, je ne me rappelais même pas avoir écrit ça!

 

 

Avez-vous une anecdote sur votre roman à nous raconter ?

 

Le fait que j’ai pu écrire un tel livre a choqué beaucoup de gens qui me connaissent. Mes filles ne pouvaient pas croire que j’avais un esprit aussi sombre, pas plus que ma famille en Angleterre. Et maintenant, mes amis en France me regardent d’une façon différente.

 

Quelle musique accompagnerait le mieux votre roman ?

 

Quelque chose de très sinistre. Si je pouvais choisir, j’aimerais que Ludovico Einaudi la compose.

 

La Maltraitance des femmes est un sujet qui compte énormément pour vous ?

Pas seulement la maltraitance des femmes, mais la maltraitance en général. Il est important de rappeler que des hommes sont également victimes de violences domestiques.

 

Devient-on une auteure de Thrillers pour exorciser ses envies de meurtre ?

 

C’est une excellente question! Personnellement, je n’ai jamais voulu tuer personne mais je pense que les auteurs de thrillers ont une certaine noirceur en eux.

 

 

Le concierge est curieux ! Etes vous en train d’écrire un nouveau roman ?

 

Mon deuxième thriller, The Breakdown, vient juste de sortir en Angleterre. Il sera publié en France l’an prochain. Et je suis en train d’écrire le troisième.

 

Comment écrivez-vous ?

 

J’écris quand j’ai le temps, donc certains jours je n’écris pas du tout. Idéalement, j’aime avoir devant moi une journée entière pour écrire, sans interruption, mais ça n’arrive pas souvent. J’écris généralement assise à une table dans la cuisine ou le salon. Si j’avais une bibliothèque, j’y écrirais, entourée de livres.

 

 

Quels sont vos écrivains préférés ? Et quel est votre livre de chevet ?

 

Je n’ai plus le temps de lire comme j’avais l’habitude de le faire, mais quand j’ai le temps, j’aime beaucoup les livres de Douglas Kennedy, Lionel Shriver et Mary Kubica. En ce moment, je lis You don’t know me d’Imran Mahmood. C’est un excellent livre!

US novelist Douglas Kennedy poses for portraits on June 3, 2015 in Paris. AFP PHOTO / JOEL SAGET / AFP / JOEL SAGET

 

Quel est votre premier lecteur ou lectrice quand votre roman est terminé ?

 

Mes filles. Elles sont mes premières lectrices et juges, et je tiens compte de leurs avis.

 

 

Quels sont vos films préférés et si par hasard il n’y aurait pas les films de Mr Hitchcock ?

 

J’aime les films optimistes comme « Slumdog Millionnaire » et je viens juste de voir « Captain Fantastic » – c’est le genre de films que j’aime vraiment. L’un de mes films favori est le « Truman Show ». Je ne suis pas une fan de thrillers psychologiques, je trouve la tension insupportable et je n’aime pas voir de violence à l’écran.

Parlez-nous des Editions Hugo Thriller, une maison d’édition qui monte qui monte, comment c’est passé la rencontre ? 

 

J’ai beaucoup de chance d’être publiée chez Hugo Thriller. Mon agent et moi aimons beaucoup l’énergie de la maison et leurs propositions pour Derrière les portes. Et dès que j’ai rencontré Bertrand Pirel et le reste de l’équipe, j’ai su que j’avais trouvé la meilleure maison pour publier mon livre en France. Ils sont dynamiques, enthousiastes et professionnels. Je ne peux pas rêver d’une meilleure équipe pour m’entourer!

 

Une question qui me titille ;-) Il y a à un moment, des descriptions culinaires qui m’ont donné l’eau à la bouche, la Cuisine, est-ce une de vos passions ?

 

Oui, j’adore cuisiner, et surtout faire des gâteaux et des desserts. Mon rêve a toujours été d’ouvrir un salon de thé et d’alterner écriture et pâtisserie.

 

Quel sera votre mot de fin pour cette interview ?

 

Les droits de Derrière les portes ont été achetés dans 35 pays, mais la seule sortie que j’attendais vraiment était la France. Je suis ravie des avis positifs que j’ai reçus jusqu’ici dans mon pays d’adoption et je voudrais vous remercier de m’accueillir et de permettre aux gens de mieux me connaître.