PRIX DES BLOGUEURS 2016 BOB POLAR EXPRESS

Bonjour à tous, voici un tout nouveau rendez-vous.

Un nouveau Prix qui me tient à cœur, nous allons connaître un peu plus de passionnées.

Oui je dis « Passionnées » car vous allez découvrir les coulisses de vos blogs préférés.

Et j’ai voulu leur rendre hommage par ce Prix et je les remercie d’avoir joué le jeu.

La règle de la compétition est simple, chaque mois Trois interviews de Blogueurs ou Blogueuses jusqu’à Fin AOUT 2016

L’interview qui recevra le plus de J’aime sur le Blog du Concierge remportera le Prix des Blogueurs 2016.

Fin Septembre les votes seront clos.

Onzième Blog à rentrer sur scène : http://bobpolarexpress.over-blog.com

 bobpolar

Bon Deuxième Blogueur du mois d’Avril à passer sur le divan et qui me fut envoyé par un confrère .Mais comme je devais un service à ce confrère respecté…

(On sonne à la porte)….

Bienvenue sur le Divan, voilà vous êtes bien installé, je prends mon stylo et mon calepin. En vous précisant que c’est 60 euros de l’heure la consultation et que je prends que les chèques de Banque.

Bon ont ma prévenu que vous étiez un « Fou Heureux » , donc si sa ce confirme après notre entretien nous vous logerons gratuitement à Sainte Anne pour quelques années….Vous restez calme, le moindre geste brusque je sort mon Colt 45..

 

 

 

 

Pouvez-vous vous présenter aux adhérents de l’association du Prix du Balai D’OR ?

 

57Ans, 1M67 (donc sensiblement plus petit que Laurent Guillaume), 70Kg… de muscles (donc largement plus costaud que Michel Embareck). Je n’ai pas de chien ni de chat mais des sangliers dans mon jardin. Gamin j’aimais lire Jules Verne puis j’ai fait du sport. De ce fait, comme l’autoproclame l’intelligentsia maigrichonne à lunettes double focale, j’étais un abruti de sportif. Grossière erreur que cette idiote vindicte puisque je parcourrai l’Equipe, l’Equipe Mag, Triathlète Mag (eh oui madame, monsieur, j’étais dans le triple effort !) et les mémoires du « blaireau ». Et le pire est que ça a duré des plombes. Arrêt buffet à cause de douleurs donc chaise longue et lecture de SF (j’ai une belle collection d’une centaine de revues « Fiction ») et de quelques classiques (Ah, le « Voyage… » De Céline !). Enfin depuis environ 5 ou 6 ans, le roman noir s’est imposé à moi via des groupes de polar sur Facebook puis certains blogs comme « EncoreduNoir » de Yan et « Le vent Sombre » de Ivan. Depuis peu, je suis membre de l’équipe du Salon Polar’Encontre (Lot et Garonne) et de la rédaction de L’Indic. J’ai oublié de préciser que j’écrivaillais un peu quelques textes et nouvelles. Je suis un lecteur qui lanterne mais je travaille sur un apprentissage de la lecture rapide avec la méthode mexicaine du docteur G. « Lire en faisant ses courses ».

ob_0904b7_boblog1

Comment vous est venu l’idée de créer votre blog ?

 

C’est un accouchement un peu au forceps. Mais cela n’est qu’une suite logique : lecteur, écrivaillon, amateur de roman noir-policier, un peu de temps libre (je lui dis que je suis fonctionnaire ?). Et surtout, surtout l’envie de partager. Lorsque j’ai mis en ligne ma première chronique, j’ai eu un trac atroce comme ce maquignon qui présentait son taureau Bambino fraîchement émasculé (pour cause d’anhédonie éjaculatoire) dans la catégorie « Bonjour la Honte » lors du concours agricole de Montauban. Il date de janvier 2014.

 

 

Quel est le but de votre blog ?

 

Je t’en pose, moi, des questions insidieuses ? Sinon, c’est encore un bébé que je lange tous les jours. Parfois il fait des rots et ça donne des textes un peu, comment dire, différents. Je ne propose que des chroniques de romans et je viens de débuter la présentation des revues « L’Indic » et « 813 ». Au tout début, je souhaitais proposer des chroniques très courtes pour que le lecteur puisse avoir un avis rapidement. Puis, j’ai compris qu’il fallait nécessairement approfondir afin d’étayer mon avis. Je fais tout pour ne pas être trop pompeux, je préfère la décontraction et quand cela est possible je balance des vannes. J’avoue que le ton de mes chroniques était souvent marqué par une exaltation que désormais je tente de maîtriser. Je tâche de ne donner que l’essentiel de l’intrigue pour ne pas refiler trop d’infos aux lecteurs et je développe le fond. J’ai demandé à mon amie Penny Laine de participer et c’est elle qui ouvre chaque chronique avec son humeur du jour. Elle est un peu ma Falbala. J’en profite pour lui faire la bise.

ob_b482e5_boblog

 

Que pensez-vous de l’évolution du roman noir-policier et thrillers en ce moment ?

 

Je ne suis pas très bien placé pour répondre puisque je suis toujours en apprentissage dans le domaine du polar. Toutefois, il semble que ça part tout azimut avec des textes qui vont du thriller – pour lequel je dégage souvent en touche -, aux influences plus terre à terre (jeu de mots) comme le « nature writing », en passant par un attrait attirant pour le roman social et psychologique. Je découvre des auteurs français vraiment intéressants qui touchent leur bille autant dans leur style que dans les thèmes abordés et traités. Les latinos par exemple envoient du bois… La planète polar s’agrandit de jour en jour et c’est génial !

 

 

Quel avenir pour les Blogueurs dans l’avenir du livre ?

 

S’il n’en reste qu’un, je serai celui-là… Pour que le lecteur trouve un nombre plus important d’avis (ou de critiques), il me semble que le blogueur a sa place dans le trafic. Bien sûr, les langues se délient et nous sommes parfois « accusés » du délit de connivence avec les maisons d’édition puisque certaines d’entre elles nous envoient ce que l’on appelle du « Service de Presse ». On ferait donc de bonnes (ou pas trop négatives) critiques pour ne pas couper les ponts. De la lecture pour pas un rond. Je n’ai pas fait le compte mais j’ai plusieurs chroniques sur des bouquins qui ne m’ont pas intéressé. Pour certains, ils avaient été plutôt bien accueillis chez des collègues. Je vais sur des blogs où ils ne se privent pas non plus de tailler des costards avec délicatesse ou pas. Personnellement, si le bouquin ne me plaît pas du tout, tout d’abord je ne le finis pas et je ne le chronique pas. Je dirai que c’est par respect pour le temps passé par l’auteur à en baver sur son projet. Que l’on aime ou pas, il faut argumenter. Donc, dans son approche, le blogueur doit devenir un spécialiste de la critique et éviter les « J’adooore ! » avec des cœurs qui clignotent. Au fait, toi qui a un bon réseau, je vais te refiler en pièce jointe la liste des foutues éditeurs qui m’envoient que dalle.

SP-cul

Une anecdote sur votre blog à partager avec nous ?

 

Depuis que Penny écrit sur mes chroniques, je te dis pas le nombre de propositions malhonnêtes qu’on m’envoie. S’ils lisent cet ITW ils se reconnaîtront. Tu veux des noms ? Il y a notamment un certain C. L. (nom, prénom censurés par le CSAH : Comité de Suppression des Abominables Harceleurs) qui me tarabuste sur FB.

 

 

Ton Écrivain préféré et cinq romans que vous nous conseillez ?

2015-06-22-1434969501-2972080-DonWinslow_57186a0120a864ed46970b01a511a1eac6970cDavid-Peace-003

 

J’adore cette question. Sais-tu que j’ai une névralgie persistante depuis que tu m’as envoyé le questionnaire ? Encore une fois, je n’ai pas eu le loisir de lire plusieurs œuvres du même auteur. C’est dans la constance de la qualité de l’écriture que l’on reconnaît un grand auteur. Un collègue blogueur me précisait que Don Winslow n’était peut-être que l’écrivain d’un seul bon bouquin « La griffe du chien ». Je suis donc un peu coincé mais je ne vais pas faire plouf plouf et je dirai Hervé Le Corre pour les auteurs français et peut-être David Peace pour les auteurs étrangers.

Cinq romans : Harry Crews « Le chanteur de Gospel », David Peace « 74 »(et les suivants), Tim Dorsey « Torpedo Juice » (et tous les autres), Pascal Garnier « La Place du mort », William McIlvanney « Laidlaw ».

ob_6dbfb5_le-chanteur-de-gospel-harry-crews9782743612474torpedo juice.inddCVT_La-place-du-mort_4729laidlaw.indd

 

Imaginer que vous êtes devant les adhérents de l’association du Prix du balai D’OR, quel serait votre discours pour les convaincre que votre blog est le meilleur ?

 

 

Je suis un loser. Autant que je me souvienne j’ai toujours perdu. A 12 ans, on m’offre une belle montre, je vais à la pêche et j’applique une méthode qui m’a été conté par un vieux de la vieille « Petit, il faut poser ta montre sur la berge, taper contre le sol et lorsque l’anguille sort pour regarder l’heure, PLAF, un coup de bâton sur la tête et c’est gagné ! » Ce jour-là pas d’anguille en vue par contre j’ai donné un coup de pied dans la montre qui a fini dans la flotte. Je ne l’ai jamais retrouvée. Bel et bien perdue. A 14 ans, alors que je passe avec ma 103 Peugeot toute neuve, un pote m’envoie son cartable dans les roues, je perds… les pédales, VLAM, patatras. A 18 ans, je perds… ma virginité et je ne m’étendrai pas. Ce fut fait. A la trentaine, je pars en vacances en Espagne mais je perds… le Nord. A 40 ans, je cours beaucoup mais je perds… haleine. Je ne le regrette pas car elle était mauvaise. Et enfin à 50 ans, alors que je me rase, je ne me reconnais pas, mon visage se floute, HORREUR, je perds la face.

Vous l’avez compris chers ami(e)s, tout est réuni pour que j’échoue car en effet mon existence est un monceau de pertes à perte de vue. J’aurai beau tenter de vous convaincre, ce n’est que peine perdue, je joue toujours à qui perd perd. Alors pourquoi vous faire perdre votre temps. Sachez que la seule chose que je n’ai pas perdue, c’est mon latin puisque je ne l’ai pas appris ou si peu.

Mais je réponds malgré tout à votre question. Mon blog est le meilleur parce que c’est ainsi. Et vous le savez bien puisque vous avez lu mes textes qui font la fierté de toute ma famille d’illettrés. Ils m’ont demandé de vous dire ceci : « Nous le roman noir ou le thriller on connaît. Chez nous on bastonne avant de parler. Alors, écoutez-nous bien mesdames et messieurs du jury, si le Bob – chez nous c’est Bébert qu’on l’appelle – donc on disait que si notre Bob ne remporte pas le Prix, votre balai ne va pas faire de vieux os, CRAC, plus de balai d’Or, ni d’Argent, ni de Cuivre. A bon entendeur, salut ! » Voilà, ils y vont un peu fort mais c’est leur nature. Donc, je vais peut-être enfin gagner quelque chose, n’est-ce pas ? Merci de votre attention.

9788493697501

 

Comment préparez-vous un article pour votre blog ?

 

 

Aucun brouillon, parfois j’ai en tête quelques idées pour agrémenter la lecture. C’est souvent pour faire le malin, l’intéressant. Sinon, j’y vais à l’arrache. Par contre je passe un temps infini à corriger.

 

 

Quel sera votre mot de fin à cette interview ?

 

Adieu le Prix !

Et je vous remercie malgré tout de m’avoir nominé. Merci aussi et surtout aux lecteurs de mon blog. Coucou à mes « amis » de ma page Facebook, je pense notamment à C.L., à Marie-jo, aux potes blogueurs Garoupe et Passion Polar, à Eric Maravélias, un foutu mec sympa et puis tous les autres que je ne peux nommer. Ah putain, j’allais oublier un dénommé R.C. (on sait jamais pour le Prix ça peut servir !) Pour les autres, je m’en tape le coquillard avec une patte d’alligator femelle. Pour terminer, je tiens à citer ces deux phrases « Celui qui ne sait rien en sait toujours autant que celui qui n’en sait pas plus que lui » (P. Dac) et « Invoquer la postérité c’est faire un discours aux asticots » (Céline dans le « Voyage »). Et une dernière qui est de moi (Ouais et alors, je fais ce que je veux, d’accord !?) « Heureux les fous – que nous sommes – qui ne savent pas qu’ils le sont ».

cabaret_dac01