Plusdeproblème.com de Fabrice Pichon chez Lajouanie Edition

Aujourd’hui sur le divan du concierge pour une séance se psychanalyse approfondie, j’accueille Mr Fabrice Pichon pour son roman «  Plusdeproblème.com »chez Lajouanie Edition.

Enorme coup de cœur pour ce roman, vous ne lâcherez pas le roman jusqu’à la dernière page.

Les personnages sont également inoubliables et un humour incroyable.

Un vrai puzzle superbement construit et une humanité qui fait du bien dans ce roman.

Un écrivain de talent à suivre absolument.

Vous devez lire un roman c’est celui la.

Voici un résumé de ce roman :

 

 

  fabrice-pichon-et-son-roman-plusdeproblemescom-est-sur-la-boutique-du-polar-avec-des-centaines-de-romans-policiers-romans-noirs-Je m’appelle Segarra, Marc Segarra et je pourrais être votre voisin, votre collègue, votre pote. Il s’appelle Walter comme Walther PPK mais sans « h » parce que la drogue c’est pas son truc et que s’appeler Glock c’est pas crédible. Il est entré dans ma vie pour m’extirper de ce système qui m’a écrasé, brisé, presque détruit.

Nicolae Balanescu dit  » La baleine », homme d’affaire,  chef de gang roumain et proxénète discret.. Marie Salvan, commissaire de police, professionnelle, efficace, froide pour masquer son empathie.

Des vies que le destin va faire se croiser, se poursuivre, se chasser.

Trois histoires qui se mêlent, se mélangent et s’unissent pour le meilleur, un peu, et pour le pire, beaucoup !

 

 

 

 

La semaine prochaine nous partons dans un tunnel à Lyon, je vous souhaite une bonne semaine.

 

 

 

 

Bienvenue sur le Divan du Concierge, pouvez-vous vous présenter aux lecteurs et lectrices, Comment vous êtes venue à écrire des romans ?

 

Fabrice PICHONTout d’abord merci, cher concierge, d’accueillir mon meilleur profil sur ce divan où tant d’illustres séants se sont posés.

Sauf erreur sur mon acte de naissance, je suis un homme qui va bientôt atteindre son demi-siècle et qui a assuré le renouvellement des générations avec trois enfants dont deux en âge largement de poursuivre la tâche. Dans le civil je fais de l’analyse de risques en entreprise pour une compagnie d’assurances, et depuis 2012 je commets des crimes sur papier avec plaisir et délectation.

Mes premiers homicides je les ai commis parce que j’avais trop de choses à transporter dans mes valises et que j’avais besoin de les exorciser. Et quand on voit le prix d’une thérapie….ça calme. Donc je me suis attelé à la tâche avec un cahier et un stylo.

Mais plus sérieusement, mes premiers textes je les ai écrits en classe de cinquième.

Écrire était pour moi un moyen de voyager, d’inventer un autre univers

 

 

 

Comment vous est venue l’idée de ce superbe roman « Plusdeproblème.com », racontez-nous comment ce roman a vu le jour.

 

Merci pour le « superbe », je suis très touché. Je fais partie de ce qu’il est convenu d’appeler la « classe moyenne- bas de segment ». Dans ces petites maisons qui se ressemblent toutes, où les quotidiens sont presque tous les mêmes, il existe des situations que les façades ne laissent pas transpirer, que les apparences camouflent. Pas besoin d’être issue des cités, ni du monde rural, pour y voir se dérouler des drames. Mon prof d’éco nous expliquait il y a 35 ans , que le nivellement vers le haut n’existait pas et que les classes moyennes mettraient moins d’une génération pour atteindre le niveau haut des classes ouvrières, et là c’était sa vision optimiste: il avait raison …le con

Il suffit de regarder derrière le léger vernis qui masque leur vie pour s’apercevoir de cette réalité.

C’est de cette observation, de ce que j’ai trouvé sous ce vernis, que l’envie d’écrire cette histoire m’est venue.

 

 

Pouvez-vous nous parler de votre personnage principal que je suis pas près d’oublier : Marc Segarra.

 

Marc Segarra c’est moi, vous, un voisin, un collègue, un copain. C’est quelqu’un de tout à fait normal, ni plus intelligent, ni plus bête qu’un autre, avec quelques principes chevillés au corps et qui se trouve dans une impasse. Il a conscience d’être partiellement, puis totalement, responsable de la situation dans laquelle il vit et n’a qu’une alternative: mourir ou survivre.

La première solution échoue, il doit composer avec la seconde. Mais au fur et à mesure qu’il avance, il jette un regard critique sur ceux qui l’entourent, sur sa vie, sur le système qui l’a consumé. Il a les idées, le raisonnement…il lui manque juste la capacité de passer à l’action.

Pour imaginer Marc, je me suis immergé dans sa vie, j’ai essayé de me projeter dans sa situation et voir comment je pourrais réagir au quotidien. Exercice épuisant mais ô combien enrichissant pour donner une véritable identité à ce personnage.

 

Et puis il y a Nicolae Balanescu dit  » La baleine et Marie Salvan, commissaire de police, parlez nous de ces deux personnages.

 

La Baleine est un proxénète qui n’est pas plus méchant qu’un autre homme à la base. Il est un produit issu de la chute du régime de Ceausescu: il tente de se faire honnêtement une place au soleil jusqu’à ce que ce ne soit plus possible alors il se sert des armes à sa disposition pour réussir et monte son réseau

Marie Salvan….Sacré bonne femme. J’ai toujours eu un faible pour les héroïnes féminines et si dans ce livre le personnage central est Segarra et son double, Marie a une importance capitale dans des situations extrêmes, réponses extrêmes. Elle a une très forte personnalité et une homosexualité qu’elle n’arrive pas à assumer dans son cadre professionnel. Mais je ne peux en dire plus sur elle au risque de spoiler l’histoire…

 

 

Votre roman me fait penser au Film avec José Garcia « Le Couperet » http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18375048&cfilm=57679.html

Des Serial Killer Sociale, la perte d’emploi ou un surendettement peut mener à ces extrémités ?

 

pas-serial-2015Dans ce roman, j’évoque le meurtre d’une conseillère de banque par un type à qui on avait refusé d’augmenter le plafond de son découvert: fait divers réel et qui répond à votre question. Personnellement je pense que lorsque la machine se met en route contre un individu, c’est pour l’écraser et pas pour l’aider alors oui, ces deux évènements peuvent marginaliser un individu , lui faire perdre ses repères et le mener à commettre le pire…qui se limite souvent au suicide

 

 

 

 

 

 

 

Avez vous une anecdote à nous raconter sur votre roman et à partager avec vos lecteurs et lectrices ?

 

J’avais deux défis pour écrire ce roman: y faire figurer le nom d’une lectrice acharnée et y faire un clin d’œil à l’héroïne de mes précédents romans. Pour le premier, j’ai créé deux personnages car son nom est composé ( le procureur Martin et le procureur général Noguera) et pour le second j’ai créé une scène juste pour le plaisir de faire discuter Marie Salvan et Marianne Bracq

 

 

 

Quelle musique ou chanson choisiriez-vous pour votre roman « Plusdeprobleme.com » ?

 

Le roman livre quelques partitions puisque la musique y tient une place importante, pas comme simple référence mais comme atmosphère. Je crois que globalement, « Music » de John Miles pourrait parfaitement coller à ce livre. C’est un morceau où tous les différents sentiments sont exprimés tour à tour et c’est un peu ce qui arrive à Marc et ses « compagnons » d’aventure: l’amour, la peur, la haine, les regrets, la rédemption.

 

 

Pouvez-vous nous parler de vos précédents romans : LE COMPLEXE DU PRISME et VENGEANCE SANS VISAGE.

 

sang-du-passe CVT_Vengeance-sans-visage_2536Vengeance sans visage est l’ouvrage qui m’a permis de faire mes premiers pas dans le monde du polar-thriller. Il a les défauts de sa jeunesse mais j’ai de l’affection pour lui

Le complexe du prisme puis Le mémorial des Anges sont des thrillers mettant en scène un personnage récurrent: la commissaire Marianne Bracq. Dans ces ouvrages j’ai voulu que le lecteur soit aussi bien l’enquêteur que l’assassin, qu’il ait la double vision. Que les flics se trouvent à un moment ou un autre directement impliqués dans les affaires à titre personnel. Mais je crois que c’est surtout Marianne Bracq qui a séduit son lectorat puisqu’on me demande régulièrement de ses nouvelles…J’en profite pour vous dire qu’elle va bien et devrait sortir de sa retraite l’an prochain. Ces romans se déroulent entre la Bourgogne et la Franche-Comté, et sont plus classiques puisque le personnage central est l’enquêtrice, et les sujets qui me tiennent à cœur ne sont qu’effleurés, l’essentiel étant l’intrigue

 

 

Le Concierge est curieux ! Déjà en train d’écrire un nouveau roman ?

 

Curieux et talentueux alors le défaut est oublié.

Je travaille sur plusieurs projets: la prochaine enquête de Marianne Bracq qui se déroule entre Concarneau et Besançon est bouclée. Peut-être sortira-t-elle l’an prochain.

J’ai mis en chantier un « one-shot » plus intimiste, ainsi qu’un nouveau roman qui verra revenir Marie Salvan.

Ce dernier est bien avancé: il s’inspire d’évènements ayant marqué la vie d’un ami dont l’existence a été laminée après qu’il est été pris en otage pour un holdup, avec une ceinture d’explosif autour de la taille tandis que sa femme et son gamin était prisonnier avec une canon sur la tête…to be continued

 

 

 

Quel sont vos écrivains préférés ? Et votre livre de chevet actuellement ?

 

Je n’ai pas d’écrivains préférés à proprement parler. Mes choix se portent essentiellement sur les auteurs francophones que je découvre au fil des rencontres. J’aime énormément les écrits de JH Oppel pour n’en citer qu’un. Je viens de terminer « Grossir le ciel » de Franck Bouisse et je m’attaque à « Les disparus de l’A16 » de Maxime Gillio. Comme vous le voyez mes lectures restent éclectiques.

 

 

Comment écrivez-vous ?

 

J’écris dès que j’ai un moment: entre deux rendez-vous, le soir, la nuit, le week-end….Quoiqu’il en soit je suis un camé et il me faut ma dose de deux heures d’écriture par jour. Et comme je roule beaucoup, mon esprit est constamment en action pendant ces « moments en temps aveugle ». Cela me permet de tourner les chapitres dans mon esprit avant de les coucher sur le papier

 

 

 

Quels sont vos films préférés ?

 

Parce que mon héros de bande dessinée prenait enfin vie: Superman avec Christopher Reeve. Parce qu’il ne faut pas se fier aux apparences: La liste de Schindler

 

Est ce qu’il y a une actualité nationale ou internationale qui vous énerve actuellement et dont vous aimeriez parler dans un prochain roman ?

 

Il y a tellement de choses qui m’énervent dans notre monde que c’est l’encyclopédie universalis que je devrais écrire. Je tente d’aborder quelques problèmes dans mes romans mais qui restent contextuels. Peut-être qu’un jour je m’attaquerai à un sujet plus polémique. Rien n’est à exclure

 

 

Comment s’est passée la rencontre avec la Maison d’édition Lajouanie, une maison d’édition qui se démarque par la qualité de ses romans.

 

Ce manuscrit, je l’avais sous le coude depuis deux ans. J’attendais de faire LA rencontre. Ce fut le cas avec Jean Charles Lajouanie. Je lui ai envoyé mon texte après avoir lu « Poubelle’s girl » de Jeanne Desaubry. Il m’a appelé quinze jours plus tard pour me dire qu’il n’avait pas terminé la lecture mais qu’il aimait..Et voilà, une rencontre et le feeling a fonctionné

 

Amateur de Whisky, est ce votre point faible ? ;-)

 

Je ne bois pas, sauf exceptionnellement et du bon. Le bowmore reste mon péché mignon avec modération mais énormément de plaisir..ça me rappelle que j’ai promis à Jean Charles, en lui envoyant mon texte, de venir trinquer avec lui s’il m’éditait…les hommes sont si corruptibles, mais va falloir que je paye mon verre

 

Quel sera votre mot de fin à cette interview ?

Je ne serais pas très original…mais je vous remercie de ce que vous m’avez dit sur PLUSDEPROBLEME.COM, cela m’a vraiment touché parce que ce bouquin je l’ai écrit avec mes tripes et je suis content qu’il vous plaise. Et merci à toutes celles et ceux qui me lisent, m’encouragent et me donnent envie de continuer. Je vis un véritable rêve grâce à vous tous et c’est merveilleux.