PRIX DES BLOGUEURS 2016 C’ESTCONTAGIEUX.COM

Bonjour à tous, voici un tout nouveau rendez-vous.

Un nouveau Prix qui me tient à cœur, nous allons connaître un peu plus de passionnées.

Oui je dis « Passionnées » car vous allez découvrir les coulisses de vos blogs préférés.

Et j’ai voulu leur rendre hommage par ce Prix et je les remercie d’avoir joué le jeu.

La règle de la compétition est simple, chaque mois Deux interviews de Blogueurs ou Blogueuses jusqu’à Fin AOUT 2016, les Adhérents à jour de leur cotisation en septembre 2016 voteront pour leur blog préféré et un splendide trophée en Bronze sera remis pendant la remise du Prix du Balai D’OR 2016 au Lauréat ou Lauréates par le Vainqueur Du Balai D’OR.

Alors, le cinquième Blog à rentrer en scène est le Blog de Mr David Smadja :

http://cestcontagieux.com

cropped-david_banner_home-41

 

Bon deuxième Blogueurs du mois de Février à passer sur le divan et qui me fut envoyé par un confrère spécialisé dans les cas « contagieux » et qui s’inquiète d’une épidémie foudroyante de nouveaux blogueur en herbe . Mais comme je devais un service à ce confrère respecté…

(On sonne à la porte)….

Bienvenue sur le Divan, voilà vous êtes bien installé, je prends mon stylo et mon calepin. En vous précisant que c’est 60 euros de l’heure la consultation et que je prends que les chèques de Banque et je prend mon masque car on ma dit que vous étiez contagieux, c’est pas le moment que j’attrape la crève !

 

 

 dsc_0453

 

 

 

Pouvez-vous vous présenter aux adhérents de l’association du Prix du Balai D’OR ?
Je m’appelle David Smadja, je suis francilien de naissance et Parisien d’adoption et de cœur depuis 15 ans.

Je travaille dans une agence de communication ce qui m’a permis d’avoir une vision très précise du format que je voulais (un format magazine) et une approche très graphique de mon site Internet. Le visuel est très important chez « C’est Contagieux ! ».

Je suis un passionné de base, j’aime les bouquins, les films, les comics, les jeux vidéo. La culture Geek en fait car j’en suis définitivement un.

Je suis un « bébé » blogueur car « C’est Contagieux ! » n’existe que depuis le 22 février 2015.

Comment vous est venu l’idée de créer votre blog ?

 cestcontagieux-bougie6

Pour me souvenir de mes lectures et des films que je vois.

Un jour, j’ai racheté un livre que j’avais déjà lu, très bon d’ailleurs, et je ne m’en souvenais plus. Ce jour-là, j’ai décidé d’écrire un avis sur mes lectures.

J’ai commencé par quelques mots succincts mon profil Facebook puis je me suis inscrit sur le site de lecteurs Babelio où j’ai commencé à étoffer mes avis pour en faire des chroniques. Chroniques que j’ai ensuite partagées sur les groupes de lecture FB. Vu que les retours des lecteurs étaient extraordinaires, j’ai continué.

Yvan du merveilleux Blog Emotions, avec qui j’ai sympathisé sur Babelio car nous avions de nombreux goûts en commun et qui est devenu un ami, m’a énormément poussé à créer mon blog. Il a été décisif dans ma décision de le faire. Fainéant comme je suis, et par peur de crouler sous le boulot, j’ai éludé pendant presque deux ans.

Mais la vraie raison est que je voulais proposer un vrai univers, le mien, aux personnes qui seraient intéressés par mes délires d’écriture.

11659407_10206275454819612_184277353835117623_n

Quel est le but de votre blog ?
Propager la passion, contaminer mon entourage, c’est-à-dire vous lecteurs, avec les livres, les films et les comics, qui me semblent être les plus excitants du moment. Après, on peut ne pas être d’accord, on a même le devoir de ne pas l’être, et on en discute. Mon crédo : La meilleure façon d’avoir un avis sur un livre, c’est de le lire. La meilleure façon d’avoir un avis sur un film, c’est d’aller le voir. Je ne suis qu’un petit phare dans la brume des sorties culturelle mais je vais tenter de faire accoster votre barque aux meilleures escales.

Que pensez-vous de l’évolution du roman noir-policier et thrillers en ce moment ?
Il n’a jamais été aussi excitant. Il n’y a pas une semaine sans qu’un livre enthousiasmant sorte en librairies. Les auteurs n’ont jamais été aussi bons. Je constate, avec grand plaisir, que les frontières entre les genres se diluent, que les auteurs n’ont plus peur de mélanger thriller, polar, blanche voire fantastique. On vit une belle époque. Mais ça ne suffit pas.

Je pense qu’il faudrait qu’il y ait aussi une évolution chez les éditeurs pour marketer leur offre de façon plus ludique, interactive et communautaire. Le meilleur exemple est l’excellent travail fait sur les sorties des romans de Franck Thilliez qui représente ce qui ce fait de mieux à ce niveau. A chaque fois, il y a un concept, une idée innovante et interactive qui immerge le lecteur dans le livre avant même qu’il l’ait lu. Si on veut que la littérature soit aussi excitante que le cinéma ou les jeux vidéo, si on veut intéresser un plus large et plus jeune public, il faudra y passer ou rien n’empêchera les ventes de continuer à chuter. Il faut penser le modèle différemment, avoir une approche plus globale et plus « Entertainment». Idéalement, il faudrait que chaque nouvelle sortie soit un événement. A plus ou moins grande échelle selon le budget des éditeurs, évidemment. Mais c’est plus une question de créativité que de moyens à mon avis.

img_4683

Quel avenir pour les Blogueurs dans l’avenir du livre ?

 

Un avenir radieux mais en pleine mutation. Je crois beaucoup au booktubing, au pouvoir de l’image. Je devais commencer dès avril 2015, nous avions même commencé à en enregistrer 2 épisodes mais quand tu n’as pas de moyens, c’est plus long et compliqué que tu le penses. Et comme pour le site, je veux un produit fignolé, bien travaillé. Donc c’est plus long et plus compliqué. Mais je crois que 2016 sera LA bonne année pour que c’est Contagieux passe en images, quitte à ne pas avoir la qualité espérée. A un moment il faut se lancer.

Pour répondre de manière plus générale à ta question : Les blogueurs sont devenus des acteurs majeurs du monde de l’édition. Ils sont devenus incontournables, autant que les journalistes spécialisés. Nous sommes bien placés pour conseiller le public car nous sommes aussi le public. Ce qui n’enlève pas la qualité  stylistique, analytique et pertinente que peut donner un journaliste. J’ai le sentiment que les blogueurs sont plus dans l’émotion.

Et on voit bien, même si c’est encore balbutiant, l’impact qu’ont les blogueurs et leur influence chez les éditeurs qui ont ajouté une ligne blogueurs à chacune de leur campagne de communication. Et pas seulement dans la littérature d’ailleurs. Les réseaux sociaux n’ont pas fini de résonner.

Une anecdote sur votre blog à partager avec nous ?

couv-def-web
Quand j’ai lu le dernier Loevenbruck, « Nous rêvions juste de Liberté », j’ai écrit une chroniques enflammée et passionnée, où je me pâmais d’admiration devant le maitre et où je réclamais à corps et à cris un Goncourt pour cet homme, fustigeant les choix pas toujours excitants (et grand public) des jurés. Et une volée de bois verts, un déferlement d’insultes m’est tombé dessus. C’est amusant de voir à quels points certaines personnes sont déstabilisées quand on remet en cause les institutions. Ca en dit beaucoup sur l’époque.

C’est toujours consultable sur la chronique car j’y ai laissé les commentaires. Tant qu’on ne m’insulte pas – ou les autres lecteurs – je ne censure pas.

Ton Ecrivain préféré et cinq romans que vous nous conseilliez ?
Je n’ai pas d’écrivain préféré (hormis le King – Ah bah si, j’en ai un finalement), j’ai des romans préférés. Et là, je vais être très bavard.

“Echine” de Djian, “Salem” du King, “Ghost Story” de Peter Straub

Ce sont les 3 romans qui ont été une vraie révélation, qui ont changé ma vie et qui restent fondateurs dans la construction de ma personnalité.

Pour le Djian, c’était la première fois que j’avais l’impression qu’un auteur me murmurait à l’oreille et exposait une vision de la vie qui m’était commune (J’imagine que chaque lecteur/lectrice voit de quoi je veux parler). Ce gars est énorme. Je l’ai adoré. C’est quelqu’un que j’aurais vraiment aimé rencontrer pour parler de la vie. J’achète toujours ses bouquins bien sûr mais c’est rare que l’étincelle se produise dorénavant. Pour certains auteurs, le passage chez un grand éditeur, Gallimard pour lui, se traduit rarement par une progression de la qualité. Peut-être y gagne-t-on en littérature ce qu’on y perd en émotions ? Quand j’ai connu Djian, il était systématiquement vilipendé par la critique littéraire. Depuis son passage chez Gallimard et ses derniers romans, il est encensé. C’est étonnant parce que de mon point de vue, c’est clairement moins bon qu’avant. Va comprendre…

Pour « Salem » que j’ai découvert en 1989 (j’étais déjà très en retard à l’époque lol), ça a été mon premier roman d’horreur et il m’a marqué au fer rouge. Tous ceux qui ont suivi, ceux du King et ceux des autres auteurs, l’ont été sous le prisme de Salem. Et autant te dire que j’ai lu tous les King depuis, même dans sa période où beaucoup l’ont abandonné, entre la moitié des Nineties et la moitié des années 2000. Beaucoup le disait fini et redondant. Et c’est vrai que ce ne sont pas ses meilleurs romans. Mais pas grave, on a continué notre bonhomme de chemin ensemble en se tenant la main pariant sur l’avenir. Si on est de nouveau plus nombreux à le lire maintenant, je ne peux que m’en réjouir. J’espère que cela durera mais sinon, une fois encore, pas grave, on continuera notre chemin lol. Tant que je n’ai pas l’impression que l’auteur se fout de ma gueule et me claque sa formule, je suis un fidèle. C’est pareil pour les groupes de musique d’ailleurs.

Et le « Ghost Story » est le plus magnifique, magique, irréel, livre fantastique que je n’ai jamais lu. Avec des punchlines monstrueuses, d’une poésie sans nom. C’est le roman à la construction la plus parfaite du monde. Un monstre d’inventivité. Jamais égalé, même par Straub d’ailleurs.

A ces trois titres, je vais t’ajouter mon coup de cœur 2014, « Seuls les Vautours » de Nicolas Zeimet et « Nous Rêvions juste de Liberté », mon coup de cœur 2015. Deux œuvres prodigieuses qui ont marqué ma peau de lecteur à jamais, comme un tatouage indélébile.

6146yLQYlOL28135_1379289gs912segg+exL

Imaginer que vous êtes devant les adhérents de l’association du Prix du balai D’OR, quel serait votre discours pour les convaincre que votre blog est le meilleur ?

Je ne pourrai jamais prétendre que mon blog est le meilleur, meilleur par rapport à quoi ? C’est très subjectif. Tous les blogs, à partir du moment où on y sent une âme, un amour des mots et une passion pour son contenu, sont les meilleurs. Un blog est bon à partir du moment où des lecteurs vont faire la démarche de le suivre et de le lire.

Je peux juste te dire pourquoi tu dois aussi y venir. Parce qu’il est fun, parce qu’il parle à ton âme et convoque tes émotions, parce que tu y es chez toi, parce que je te trouve beau ami lecteur et belle amie lectrice. Ce que je veux dire par là, c’est que les gens passionnés et curieux seront toujours de belles personnes à mes yeux. Que le blog est une passerelle entre les lecteurs, qu’il rassemble, qu’il partage une envie et une vision commune.

Tu dois aussi y venir parce que le blog est en perpétuelle évolution, que de nouvelles rubriques se créeront, que de nouveaux articles t’enchanteront et surtout une fois que tu commences à lire les chroniques, tu seras contaminé et qu’il n’y a pas de remède !

Comment préparez-vous un article pour votre blog ?

Je prends rarement des notes quand je lis, je fais tout de mémoire. Quand le livre m’a embarqué, j’entends une petite musique dans ma tête qui me dicte ce que je dois écrire et la chronique se fait très rapidement.

Dans les autres cas, je l’écris par étape. J’ai besoin de sentir la flamme, d’être inspiré. Je suis incapable d’écrire froidement, de manière clinique. Sinon la chronique va être fade. En général, j’écris mes premières impressions puis je l’étoffe au fur et à mesure des jours pour la rendre la plus passionnante à lire. J’aurais horreur que les gens s’ennuient en me lisant. C’est pour ça d’ailleurs que je suis souvent à la bourre dans mon planning de publication des chroniques. Tant que je ne la considère pas parfaite (ou en tous cas réussie), je ne publie pas ma chronique.

Quel sera votre mot de fin à cette interview ?
Pfiiiiiouuuuu… c’est le 1er

« Que la Contagion se propage » seront les suivants ;-)

996757_10152002611429130_1108483585_n