La petite barbare de Astrid Manfredi chez Belfond Edition

Cette semaine nous accueillons sur le divan Mme Astrid Manfredi pour son premier roman « La petite barbare » chez Belfond Edition.

Voici un diamant brut tout simplement, un roman qui ne vous laissera pas insensible par sa beauté niveau écriture et qui vous marquera longtemps en mémoire.

C’est une grande vague qui va vous emporter vers la détresse de l’incarcération.

Un grand roman tout simplement et souvenez vous de ce nom : Astrid Manfredi.

Voici le résumé du roman :

 

9782714459435« Moi, monsieur, je suis pleine du bruit assourdissant de vivre. »

En détention on l’appelle la Petite Barbare ; elle a vingt ans et a grandi dans l’abattoir bétonné de la banlieue. L’irréparable, elle l’a commis en détournant les yeux. Elle est belle, elle aime les talons aiguilles et les robes qui brillent, les shoots de vodka et les livres pour échapper à l’ennui. Avant, les hommes tombaient comme des mouches et elle avait de l’argent facile.

En prison, elle écrit le parcours d’exclusion et sa rage de survivre. En jetant à la face du monde le récit d’un chaos intérieur et social, elle tente un pas de côté. Comment s’émanciper de la violence sans horizon qui a fait d’elle un monstre ? Comment rêver d’autres rencontres et s’inventer un avenir ?

 

 

 

La semaine prochaine nous partons à Dublin rencontrer un très grand écrivain.

Je vous souhaite de très bonne lecture.

 

 

BIENVENUE SUR LE DIVAN, MA PREMIÈRE QUESTION CONSISTE À VOUS Connaître : POUVEZ-VOUS NOUS PARLER DE VOTRE ENFANCE ET COMMENT VOUS ETES VENUE UN ÉCRIRE UN PREMIER ROMAN?

 

image-facebook Je n’ai rien à dire de particulier sur mon enfance, c’est de l’ordre du registre privé. Après de longues années de lecture j’ai eu envie de franchir un cap et d’aller vers ma propre écriture. Me mesurer enfin à cet art aussi exigeant qu’émotionnellement exaltant.

 

 

 

 

 

COMMENT S’EST PASSÉE LA CRÉATION DE VOTRE PREMIER ROMAN “LA PETITE BARBARE”?

 

Je suis férue de cinéma et d’actualité. C’est en revoyant le film l’Appât de Tavernier et en visionnant de nombreux longs métrages de Larry Clark que m’est venue l’idée de brosser le portrait de cette très jeune femme née dans une zone de non droit, soumise à une grande errance psychologique la menant droit dans le mur jusqu’ aux extrêmes de la violence.

 

 

 

J’AI BEAUCOUP AIMÉ L’ATMOSPHÈRE DE VOTRE ROMAN, COMMENT VOUS EST VENUE L’IDÉE DE LA DÉTENTION?

 

general-view-inside-the-renovated-men-s-building-in-the-fleury-merogis-prison-near-paris_4950995 Avant d’être un livre sur la détention concrète derrière les barreaux j’ai surtout voulu démontrer avec ce texte ce que pouvait être la sensation d’enfermement dans sa propre existence. Avant même d’être en cellule la petite barbare est déjà en proie à l’emprisonnement intérieur.

 

 

 

 

PARLEZ NOUS DE VOTRE PERSONNAGE PRINCIPAL LA PETITE BARBARE.

 

C’est l’histoire d’un chaos, celui d’une fille à qui la vie n’a rien donné à part la beauté, et pour qui aucun cadre n’a jamais fait limite : ni les parents, ni l’école, ni la morale, ni l’éthique. Elle aurait pu rencontrer les bonnes personnes, mais elle est allée droit vers les mauvaises. Dans ce sentiment d’exclusion et la folie meurtrière du gang, elle suit le mouvement avec une rage primaire et le sentiment d’avoir enfin un pouvoir sur le monde. Ce qu’elle veut, c’est le pouvoir et l’argent, une vie qui brille, quels que soient les moyens d’y parvenir. C’est la détention et la découverte de la littérature qui la fera entrer en humanité.

 

 

ON PARLE RAREMENT DANS LES ROMANS DE LA DÉTENTION DES FEMMES ET DE LEUR TRAITEMENT, POUR MOI VOTRE ROMAN EST UN VRAI COUP DE POING, UNE RAGE DE VIVRE.

 

 

Trois-jeunes-femmes-mises-en-examen-pour-actes-de-torture-sur-une-camarade_article_popin Oui j’ai voulu dire à quel point la détention était douloureuse pour les femmes peut-être davantage que pour les hommes car les enjeux émotionnels des femmes sont différents. Et il y a aussi souvent pour elles la détresse d’être séparées de leurs enfants, de leurs compagnons, de leurs familles.

 

 

 

 

 

 

LE ROMAN DE MARGUERITE DURAS “L’AMANT”VOYAGE DANS VOTRE ROMAN, ETES VOUS UNE AMOUREUSE DES ROMANS DE MARGUERITE DURAS?

 

 

l-amant-265144 Oui j’aime l’œuvre de Marguerite Duras dans son ensemble. Son travail de romancière, de cinéaste, de dramaturge, de scénariste. Je suis sensible à la musicalité désirante de sa langue. J’ai choisi l’amant parce que c’est son texte le plus accessible pour le personnage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUELS SONT VOS AUTEURS PRÉFÉRÉS? ET QUEL EST VOTRE LIVRE DE CHEVET ACTUELLEMENT?

 

La littérature américaine m’émeut beaucoup. Dans le désordre Dorothy Parker, Carson Mc Cullers, Truman Capote, Erskine Caldwell, John

Steinbeck. Jim Harrison , Sylvie Plath. Le roman noir aussi je pense à Liebermann, Ellroy. Et chez les français Duras et Céline. Et les poètes. Et tant d’autres …

 

 

 

 

 

 

COMMENT ÉCRIVEZ-VOUS?

 

J’écris dans un bistrot à côté de chez moi chaque lundi un premier jet et ensuite je reprends dans la semaine ce premier jet pour l’épurer.

 

 

 

LE CONCIERGE EST CURIEUX! POUVEZ-VOUS NOUS PARLER DE VOTRE PROCHAIN ROMAN, NOUS DONNER L’EAU À LA BOUCHE ;-)

 

 

MANFREDI3 Je suis sur deux projets très différents l’un et l’autre mais je ne souhaite pas donner trop de détails pour le moment. Je préserve le mystère en quelque sorte.

 

 

 

 

 

 

 

J’AIMERAIS QUE VOUS NOUS PARLIEZ DE VOTRE BLOG http://laisseparlerlesfilles.com , COMMENT VOUS EST VENUE L’IDÉE?

 

 

 

 Suite à de longues années passées en entreprise j’ai profité d’un plan social pour retrouver ce qui avait toujours été ma passion : les livres. Une passion transmise par ma mère et que je gardais au fond de mon cœur comme un trésor.

 

 

« LA POÉSIE, C’EST COMME LE RADIUM ; POUR EN OBTENIR UN GRAMME, IL FAUT DES ANNÉES D’EFFORT. » VLADIMIR MAÏAKOVSKI, QU’AIMEZ VOUS DANS LA POESIE ?

 

 

La musique et la liberté. Quêter le Moj, l’irrationnel et les émotions.

 

 

QUE GARDEZ-VOUS COMME SOUVENIR DE VOTRE PASSAGE DANS LA GRANDE LIBRAIRIE DE MR BUSNEL ?

 

 Un excellent souvenir en dépit du trac car c’était ma première télé. Une équipe chaleureuse, créative et bienveillante. Je les remercie pour tout cela.

 

QUEL SERA VOTRE MOT DE FIN À CETTE INTERVIEW ?

 « Pour savoir écrire il faut savoir lire » Guy Debord.