Sombre est mon cœur de Antti Tuomainen chez Fleuve Noir édition

Bonjour à tous, cette semaine nous partons en Finlande rencontrer Mr Antti Tuomainen pour son roman Sombre est mon cœur chez Fleuve Noir édition.

Un très bon roman noir et je me suis fait avoir magistralement par l’intrigue bien ficelée.

Un auteur à découvrir, en plus une écriture qui nous montre tout le talent de l’auteur et un poète en plus.

Une très bonne découverte et qui m’a permis de connaître la Finlande.

Je vous recommande ce roman qui ne vous laissera pas insensible.

Voici un résumé du roman :

 

9782265098664À une heure de route d’Helsinki, perdu dans la forêt dense, le manoir de Kalmela donne sur la mer Baltique. Ici, tout n’est que solitude, silence, secret. La cuisinière, peu bavarde, va et vient tandis que la fille du propriétaire, l’homme d’affaires Henrik Saarinen, promène son alcoolisme mondain de salon en salon. Autant de bruits, de sons étouffés auxquels le nouveau gardien se familiarise peu à peu.

Aleksi, 33 ans, ancien charpentier, n’a pas le look habituel de sa profession. Mais ce n’est en rien un hasard s’il est arrivé au manoir. Persuadé que l’assassinat de sa mère, vingt ans plus tôt, trouve ses racines entre ces mêmes murs, il a décidé de mesurer son intuition au personnage de Saarinen, dont l’apparente décontraction cache mal le regard carnassier. Entêté, le jeune homme va vite voir ses soupçons virer à l’obsession…

 

 

 

 

 

La semaine prochaine nous partons dans le milieu carcéral.

Je vous souhaite une bonne semaine.

 

 

 

Bienvenue sur le divan du concierge, ma première question consiste à vous connaître, pouvez-vous nous parler de votre enfance et comment vous êtes venu à écrire des romans ?

 

ac617397ef313336363032383736393031383935J’avais 18 ou 19 ans quand j’ai su instinctivement que j’allais devenir écrivain. Peut-être en partie parce que j’ai grandi dans une famille où les livres étaient très importants et faisaient naturellement partie de ma vie. J’ai commencé par écrire de la poésie, des nouvelles et des pièces de théâtre (tous non publiés) et j’ai écrit mon premier manuscrit de roman à 23 ou 24 ans. (Fort heureusement également jamais publié non plus). Tous ces écrits ont été importants. Cela m’a montré que l’écriture était mon truc, une chose que je devais faire pour être heureux. Je suis devenu rédacteur dans la publicité et j’ai continué parallèlement à écrire mes propres œuvres. Enfin, en 2006, j’ai publié mon premier roman. J’ai écrit mes deux premiers romans alors que je travaillais encore dans une agence de publicité, puis je me suis mis à travailler en free lance pendant plusieurs années, et, finalement, à l’âge de 42 ans, je suis devenu romancier à plein temps. Alors je peux dire que cela m’a pris 24 ans pour devenir romancier à plein temps.

 

 

 

 

 

 

Comment vous est venue l’idée de votre roman « Sombre est mon cœur » ?

 

Ce roman a deux sources : d’une part je voulais raconter l’histoire d’une mère et de son fils et, d’autre part, je voulais écrire un roman dans la veine des romans noirs qui avaient tant d’importance pour moi quand j’étais plus jeune.

 

 

Parlez-nous du personnage principal Aleksi, un personnage que l’on ne peut oublier.

 

C’est un vrai être humain avec ses forces et ses faiblesses. Et je peux, dans une certaine mesure, m’identifier a lui pour son esprit obsessionnel et fixé sur son but. C’est ce qu’il faut pour écrire un roman, après tout. Et ce que j’aime au sujet d’Aleksi est qu’après tout ce qu’il a traversé il essaie de faire le bien, son engagement pour faire le bien est fort.

 

 

Le manoir de Kalmela donne sur la mer Baltique, comment vous est venue l’idée de cet environnement ? Qui donne de la force à votre roman.

 

helsinki

 

J’ai passé une grande partie des étés de mon enfance sur les plages de la Baltique et les îles proches de la Finlande Orientale. Je suppose que la beauté de ces côtes, ces îles rude et de cette nature rigoureuse est restée gravée dans mon esprit depuis. Je voulais vraiment en faire une description qui soit comme une peinture ou un film que l’on peut regarder. Et je voulais également, avec le Manoir de Kalmela, ajouter une sorte d’élément « mystère à huis-clos» à l’histoire.

 

 

 

 

 

 

 

Votre roman me fait penser à Ellroy, avec sa mère assassinée et qu’il à du mal à s’en remettre de son absence.

 

En fait je n’ai pas du tout pensé à Ellroy, du moins pas consciemment. Je voulais raconter l’histoire dramatique d’une mère et de son fils. Et aussi, je voulais écrire quelque chose de beau pour ma mère.

 

 

Avez-vous une anecdote à partager avec vos lecteurs en France ?

 

Je suis très content et reconnaissant que ce roman ait été publié en France. J’ai une « relation intime » avec la France depuis longtemps car j’ai étudié le français à l’école à un très jeune âge, je ne peux pas le parler mais je le comprends un peu.

 

Pouvez vous nous parler de votre premier roman paru en France : La Dernière pluie

 

La dernière pluie est à la fois une histoire criminelle, un roman d’amour et un roman dystopique. C’est vraiment comme ça que je l’envisageais : je voulais combiner ces trois éléments en une seule histoire. C’est ce roman qui m’a fait connaître, car il m’a fait gagner le prix du Meilleur Roman Policier Finlandais et a été publié dans 27 pays.

 

 

Comment se développe le roman policier en Finlande ? Y a t’il des salon ? Et est-ce une littérature énormément lue ?

 

Je suppose que le genre est plus ou moins aussi populaire ici qu’ailleurs. Nous avons des salons de littérature policière et des lecteurs très enthousiastes.

 

Comment écrivez-vous ? 

 

Tuomainen, AnttiJ’écris aussi souvent que possible, j’essaie de respecter des horaires de bureau, en gros de 9h à 17H. Dans l’idéal, je travaille sur mon roman le matin et l’après-midi je travaille sur d’autres écrits et à mon travail « de bureau », comme répondre à mes mails, aux interviews, aux questions des traducteurs, je m’occupe d’autres projets (films, télévision, etc) à différents stades d’avancement et je m’occupe de toutes les choses qui constituent le quotidien d’un écrivain professionnel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels sont vos auteurs préférés ? Et quel est votre livre de chevet ?

 

 

louis-ferdinand-cline-8614-A106-B88BJe me dois de mentionner un roman qui a eu un énorme impact sur moi alors que j’essayais de devenir écrivain, je devais avoir 23 ans quand j’ai lu Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline. C’est une expérience qui m’a ouvert les yeux : j’ai réalisé qu’on pouvait faire tout avec un roman, y mettre ce qu’on voulait, essayer des styles différents, etc. Ce que je lis en ce moment ? Probablement le même genre de livres que j’ai toujours lus : un mélange d’un peu tout, de la poésie aux bandes dessinées, de biographies littéraires aux nouvelles. En ce moment sur la table à coté de moi il y a : 1- Selected Poetry de Raymond Carver 2- Le diable tout le temps de Donald Ray Pollock3- Matka aurinkoon (journey into the sun) de Juha Seppälä (grand écrivain finlandais dont le livre n’a pas été traduit). J’ai remarqué que depuis 2 ou 3 ans je lis beaucoup de nouvelles : des écrivains comme Joyce Carol Oates, George Saunders, Richard Lange, Ron Rash, Amy Hempel, Thomas Ligotti. La nouvelle est un format intéressant, j’espère en écrire moi-même dans les années à venir.

 

 

 

 

Quels sont vos films préférés ?

 

J’aime tant de choses. Par exemple, j’aime les films noirs, les vieux films et les comédies vraiment déjantées. Il y a quelque temps,j’ai regardé à nouveau des grands films des années 70 comme Conversation secrète, La Fugue,Chinatown, French Connection, Le Privé et beaucoup d’autres. Ce sont de grands films avec des histoires très fortes.

 

 

« La possibilité d’utiliser toutes les ficelles du polar et tous les outils de la poésie rend le travail de Tuomainen unique, et cette combinaison rend le lecteur tomber en amour avec son style. »

Sofi Oksanen, auteur de Purge

 

En vous lisant j’ai effectivement trouvé vos texte très poétiques et ça fonctionne bien avec le polar, pouvez-vous nous expliquer ?

 

9782266242578La poésie a été mon premier amour. De grands poètes finlandais comme Arto Melleri, Paavo Haavikko, Teemu Hirvilammi et Sirrka Turkka (et bien d’autres) on fait forte impression sur moi. Je lis encore beaucoup de poésie et j’admire les bons poètes, leur précision et leur habilité avec les mots. Je serais probablement toujours (au moins en partie) un poète au fond de moi. Le passage de la poésie à la littérature policière s’est fait naturellement et de façon organique avec, je pense, le même souci de trouver les bons mots et les bonnes phrases.

 

 

 

 

 

 

 

Quel est endroit que vous préférez en Finlande et que vous me conseillerez ?

J’ai vécu à Helsinki toute ma vie à parts les périodes passées aux Etats-Unis et à Amsterdam. J’aime cette ville et je peux la recommander. Mais je dois dire une chose : si vous avez le projet de venir la visiter, je vous conseille de venir en été, pour des raisons évidentes (je regarde par la fenêtre en ce moment même, il fait froid, il y a du vent et il pleut).

 

 

Quelles sont vos musiques préférées ?

 

Neil-Young-2014Ça dépend. Par exemple, alors que j’écrivais Sombre est mon cœur, j’écoutais beaucoup Neil Young. Des albums comme Harvest, After the gold rush, On the beach, Tonight’s the night ont été une sorte de bande-son pour le livre, je pense que ça s’entend.

 

 

 

 

 

Quel sera votre mot de fin ?

 

Merci beaucoup pour ces excellentes questions. J’espère que vous lirez aussi mon prochain roman, La mine, qui sortira en France en Octobre 2016. Merci !