Criminal Loft de Armelle Carbonel Chez Fleur Sauvage

Etats-Unis. Kentucky. Sanatorium de Waverly Hills. Ils sont huit. Six hommes, deux femmes, condamnés à la peine capitale et sélectionnés pour participer au reality show le plus brûlant qui ait jamais existé : « CRIMINAL LOFT » ! Chaque semaine, les votes du public élimineront un candidat afin qu’il reprenne sa place dans le couloir de la mort. Un seul d’entre eux recouvrera la liberté… Mais lorsque huit dangereux criminels se retrouvent prisonniers du lieu dit « le plus hanté des Etats-Unis », l’aventure tourne au cauchemar… Quelles terribles épreuves leur réservent les créateurs du loft ? Jusqu’où iront-ils pour prouver qu’ils méritent de vivre ? A vous de juger…

 

criminal-loft-armelle-carbonelVoici une chouette lecture que le roman Criminal Loft de Mme Armelle Carbonel, un vrai moment de bonheur !

Un roman réussi c’est quand l’auteur arrive à vous capter dès le début de l’intrigue, en plus des personnages que l’on n’oubliera pas de sitôt.

Ca devient rare les romans aussi aboutis, Mme Carbonel nous livre un roman réussi et je vous demande de retenir ce nom car pour moi un immense talent qui vient d’éclore.

Je vous le recommande fortement, vous ne serez pas déçu.

La semaine Prochaine nous partons en Espagne.

Je vous souhaite une très bonne lecture.

 

 

 

 

Bienvenue sur le Divan du Concierge Armelle, ma première question : Parle-nous de ton enfance et comment tu es venue à écrire un roman ?

 

91604584_oJ’ai grandi à Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines, au sein d’une famille « frappée » par l’écriture sur plusieurs générations. Ma mère s’adonnait à la prose poétique, tandis que ma grand-mère écrivait des romans. Son propre père était journaliste.  J’appartiens donc à une lignée d’adeptes des mots. Je me souviens parfaitement de mon premier poème en raison de son titre, « Réincarnation », évocateur de la voie que j’emprunterai quatre ans plus tard. A 12 ans, influencée par l’œuvre de Stephen King, j’écris un premier roman fantastique, que je conserve encore précieusement dans ce que j’aime appeler « ma malle aux souvenirs ».

 

 

 

 

 

Comment tu es venue l’idée de Criminal Loft ?

 

img_4837L’idée s’est construite au fil des dérives portées à l’écran et relayées à travers le monde. Des jeux de téléréalité poussés à l’extrême, comme cette émission anglaise dédiée au quotidien d’une femme souffrant d’un cancer en phase terminale. Mais l’idée seule n’aurait jamais vu le jour sans un lieu approprié pour l’accueillir… J’ai découvert l’existence du sanatorium de Waverly Hills lors d’un reportage diffusé en 2009. Coup de foudre immédiat ! Le soir même, Criminal Loft prenait vie…

 

 

 

Parle nous du Sanatorium de Waverly Hills, il a existé en plus !

 

 

Oui, il existe ! Situé à Louisville dans l’état du Kentucky, la sanatorium de Waverly Hills est réputé pour les phénomènes paranormaux relatés à travers de nombreux témoignages. On le dit le lieu le plus hanté des états-unis… J’ai tenté de m’imprégner de son histoire troublante pour camper le loft. Je souligne d’ailleurs d’étranges anecdotes tout au long du récit…

 

 

 

J’ai adoré tes personnages, vraiment super bien réussis,  et il y a le personnage principale « John » qui me fait penser à Hannibal Lecter (Psychiatre) et Psychopathe, peux tu nous en parler ?

 

John s’est imposé à moi comme une connaissance de longue date. Il en est souvent de même avec tous mes personnages. Je les créé, mais ce sont eux qui nourrissent mon imagination, qui décident de leur destinée et surtout de l’environnement dans lequel ils souhaitent évoluer. Durant la phase d’écriture, j’ai eu la sensation de sentir la présence « physique » de John à mes côtés et la représentation que j’ai de lui est très éloignée du personnage d’Hannibal Lecter. De profession identique et de « déviances » semblables, ils n’en demeurent pas moins dissociés de par leur histoire, leurs fantasmes et leur personnalité.

 

 

Penses-tu qu’un jour nous arriverons à ce point ultime de dangerosité dans la télé-réalité juste pour faire de l’audimat ?

 

la-tele-realite-en-plein-coeur-de-sa-nouvelleL’être humain est capable de commettre les pires atrocités, mais l’existence d’un tel jeu impliquerait la complicité, même passive, d’une population de masse et d’un système « sans foi, ni loi ». Alors non, je reste optimiste. Jamais nous n’atteindrons de telles extrémités.

 

 

 

 

 

As tu une anecdote à partager avec nous sur ton roman ?

 

 

Hormis l’étonnant périple qui a mené Criminal Loft à la résurrection? (sourire). Non…

 

 

Une Préface de Mr Laurent Scalèse rien que ça ;-) Comment s’est passée cette rencontre ?

 

 

AVT_Laurent-Scalese_2567J’ai découvert la plume de Laurent Scalese à travers « L’ombre de Janus » (Pygmalion) en 2001. Mais la magie des réseaux sociaux m’a permis d’entrer en contact avec son auteur il y a seulement 6 ou 7 ans. A l’époque, je publiais en autoédition et Laurent suivait, dans l’ombre, mes aventures littéraires. Dès lors, cet grand monsieur m’a conseillée, guidée, soutenue. Je le considère comme un mentor. De cette « amitié » virtuelle est née sa touchante préface.

 

 

 

Comment écris-tu ?

 

 

Je consacre au minimum 1H30 à l’écriture avant d’entamer ma « seconde » journée de travail. Musique, bougies, et une bonne dose de caféine agrémentent ce rituel immuable. Je prolonge parfois le plaisir sur ma pause déjeuner, essentiellement consacrée à la relecture. Même mes jours de congés n’échappent pas à cette frénésie !

 

Le Concierge-Masqué est curieux ! As tu commencé à écrire un nouveau roman ?

 

 

Le Concierge masqué sera donc contenté dans sa curiosité ! Oui, je travaille actuellement sur mon prochain thriller… Mais superstitieuse, la Nécromancière n’en dévoilera pas davantage…

 

 

 

Quels sont tes écrivains préférés ? Et quel est ton livre de chevet actuellement ?

 

2014-09-11-03-22-17-PatrickSenecal2011Si je devais en citer deux, je placerais Cizia Zykë (auteur de « Buffet campagnard », « Alixe », « Amsterdam Zombie », entre autre) et Patrick Senécal (« Hell.com ») en tête de ces auteurs dont les univers me fascine. Quant à mon livre de chevet… »La Bible du crime » de Stéphane Bourgoin.

 

 

 

 

Quels sont tes Films préférés ?

 

 

Celui qui me vient spontanément à l’esprit est très éloigné de mon univers littéraire… Je l’ai vu plus de dix fois : « Amadeus » de Milos Forman.

 

 

 

J’ai vu que tu écrivais des Poèmes, pourrais tu en partager un avec nous ?

 

Le ridicule ne tue pas, dit-on…Alors pour le Concierge Masqué, j’accepte de partager quelques vers écrits à l’âge de 20 ans :

 

 

Il  y a comme une déchirure dans la fragile étoffe de l’âme,

Un sillon profond sur un chemin obscur,

Une herbe folle sur un flanc de montagne.

Partout sont les ombres du passé qui sans cesse la malmènent,

Prisonnière affamée mais vivante d’une vie qui n’est pas la sienne.

Elle écrit, malgré les liens qui l’enserrent,

Qui cherchent à étouffer ses rêves entrouverts,

Et l’encre pâlit en regard de ses rimes,

Si fidèles pourvoyeuses d’abîmes.

Elle écrit, parce que c’est en elle,

Parce qu’à eux seuls les mots brisent les chaînes.

Entrelacs d’espérance et de larmes éternelles,

Elle écrit jusqu’à en perdre haleine.

 

 

Alors la ! J’ai lu que tu avais Co écrit un Chant militaire, raconte nous çà ?

 

 

armelle-carbonel-interviewUne belle expérience, en effet ! On m’a sollicitée, il y a déjà quelques années, pour co-écrire les paroles du chant du 526ème bataillon du train, en collaboration avec monsieur SORLIN, chef de la musique principale de l’armée de terre. J’ai relevé le défi… et je garde un excellent souvenir de ces heures de travail appliquées mais ponctuées de rires !

 

 

Aimerais tu que Criminal Loft soit adapté au Théâtre ?

 

 

« Criminal Loft » serait très certainement difficile à adapter sous forme théâtrale. L’atmosphère et le lieu prédominent dans ce roman, tout comme les flash-back qui retracent le parcours de John, le narrateur. Ce serait un sacré challenge de parvenir à reproduire cela sur une scène. L’approche cinématographique me paraît plus adaptée… Un jeune scénariste s’est penché sur la question et le scénario (série) est actuellement en cours de réécriture.

 

 

Quel sera ton mot de fin à cette interview ?

 Sincère et concis : MERCI !