La Malédiction du Norfolk de Karen Maitland chez Sonatine Edition.

Vous allez découvrir une interview exceptionnelle d’une grande dame du roman noir médiéval.

Mme Karen Maitland pour son troisième roman « La Malédiction du Norfolk » chez Sonatine Edition.

Maitland-Malediction-11Vous allez découvrir comment est né ce roman et vous allez avec une machine à remonté le temps découvrir les rites et coutumes pendant l’époque médiévale.

Je remercie également Sandrine pour tout son travail remarquable niveau traduction.

Vous ne connaissez pas cet écrivain ? Courrez chez votre libraire car pour moi cet actuellement la plus grand auteur Anglaise sur l’époque Médiéval.

Je vous souhaite une très bonne lecture et dégustez ce moment exceptionnel d’échange.

 

 

La semaine prochaine nous partons rencontrer L’Archange du chaos.

 

 

 

 

 

Karen Maitland 

Comment s’est passée la création de ton roman « La Malédiction du Norfolk » ?

 

La malédiction du Norfolk est un roman qui m’a paru couler tout seul sur la page quand je l’ai écrit, parce que les personnages principaux semblaient se pencher par-dessus mon épaule pour me demander d’écrire leur histoire, surtout Raffaele – il me hantait.

L’idée du roman m’est venue alors que je lisais un article sur une femme à laquelle on avait récemment greffé un organe dont le donneur était anonyme. Elle a dit qu’elle avait commencé à faire des rêves très précis, dont elle pensait qu’ils étaient des souvenirs du donneur. Cet article m’a rappelé le concept médiéval de « mangeur de péchés »- une personne à qui on fait porter à son insu le poids des péchés de quelqu’un qui vient de mourir. Et j’ai commencé à me demander ce qui se passerait si cette personne décédée avait commis un crime terrible et qu’une personne innocente avait pris en elle ce péché sans le savoir.

 

 

 

Comment t’est venue l’idée de parler de la Mandragore ?

 

21_la_10Les mandragores sont des plantes dont les racines ont la forme d’un petit homme. Elles sont hallucinogènes et depuis l’ancienne Egypte elles ont toujours été considérées comme magiques. Elles sont une des trois plantes que les pharaons emportaient dans la vie après la mort. En Europe, elles étaient considérées comme des demi- dieux. On pensait que les mandragores hurlaient quand elles étaient arrachées de terre. Ces plantes avaient énormément de valeur, car elles avaient le pouvoir de donner à ceux qui les possédaient tout ce qu’ils désiraient. Aussi les hommes étaient-ils prêts à voler et tuer pour obtenir une véritable mandragore.

J’ai pensé – si une mandragore était vraiment vivante et croyait qu’elle est un demi-dieu, qu’est-ce qu’elle raconterait sur elle-même ? Quelle serait sa personnalité ? Je pense qu’elle serait plutôt malicieuse et sarcastique.

 

 

 

 

Je trouve Génial l’idée de l’herbier, on apprend plein de choses, comment se sont passées tes recherches de documentation ?

 

J’ai toujours collectionné les récits folkloriques et les recettes d’herbes médicinales tirés de manuscrits et de “grimoires” (des livres de sortilèges médiévaux). Dans ce roman j’ai réuni les différents fragments d’information de nombreuses sources et j’ai composé les pages d’un herbier, une au début de chaque chapitre. Je l’ai écrit dans le style d’un herbier médiéval. Ça a dû marcher parce que j’ai reçu de nombreux e-mails de lecteurs qui pensaient que « L’herbier de la mandragore « était un vrai livre. J’ai dû leur expliquer que toutes les informations contenues dans les pages consacrées à l’herbier sont véritables, mais que le livre lui-même est ma propre création.

 

 

 

En 1208 le Pape Innocent III prononce un interdit sur tout le royaume d’Angleterre, peux tu nous en parler ?

 

Innozenz3Les papes et les rois d’Angleterre se sont toujours disputé le droit de nommer l’Archevêque de Canterbury, car c’est la position la plus haute dans le pays après celle de roi. Ce pape voulait nommer Stephen Langton , mais le roi John pensait que c’était un espion du Pape et qu’il retournerait le peuple contre lui. Le roi John a dit qu’il ferait pendre Langton s’il venait en Angleterre.

Alors le Pape a lancé un interdit contre l’Angleterre pour 6 ans. Cela signifiait la fermeture de toutes les églises aux laïques. Personne ne pouvait se marier. Les bébés ne pouvaient pas être baptisés. Les procès criminels ne pouvaient avoir lieu car personne ne pouvait prêter serment. Il n’y avait pas de messes ni de confessions. Les morts ne pouvaient être enterrés en terre consacrée.

Pendant un interdit, les prêtres avaient la permission d’entendre les confessions des mourants et de leur donner l’absolution pour leurs péchés. Mais le roi John, qui voulait se venger de l’Eglise, a fait arrêter beaucoup de prêtres et confisqué leurs biens. Ceux qui restaient vivaient cachés, d’autres fuyaient vers la France. Ce qui veut dire qu’il n’y avait pas de prêtres pour donner les derniers sacrements aux morts, aussi les gens étaient-ils terrifiés à l’idée que s’ils mouraient ils iraient tout droit en enfer où ils subiraient le châtiment éternel.

 

 

 

Parle-nous des Castras pendant le Moyen Age (Il avait été blessé au nom de Dieu et en raison même de cette blessure, se trouvait relégué hors de sa vue)

Les femmes n’avaient pas le droit de chanter dans les églises, mais l’Eglise voulaient des “voix angéliques” aigues, alors ils composaient de la musique pour des garçons. Le problème c’est que le temps que les garçons aient fini d’apprendre le latin, il ne leur restait plus qu’une année ou deux pour faire partie du chœur avant que leur voix ne mue. C’est pourquoi des garçons étaient sélectionné par l’Eglise pour être castrés avant la puberté, pour que leur voix ne mue pas. Mais seuls ceux qui étaient considérés comme les meilleurs chanteurs à la fin de leur formation étaient sélectionnés pour les chœurs, et les autres étaient mis à la porte.

La seule chose que ces jeunes hommes avaient apprise depuis l’enfance était servir l’Eglise, mais ils ne pouvaient pas devenir prêtres à cause de versets du Deutéronome 23v1 et du Lévitique 21v18 qui disent que « Celui dont les testicules ont été écrasés ou l’urètre coupé n’entrera point dans l’assemblée de l’Eternel. ». Ils avaient été castrés au nom de Dieu, mais ensuite rejetés par l’Eglise. Les castrats étaient souvent marginalisés dans la société laïque aussi, car ils ne pouvaient engendrer d’enfants, chose qui était considéré comme la marque d’un « homme » dans la société médiévale. C’était très triste. Mais cette pratique a perduré pendant des siècles et le dernier castrat du Vatican est mort en 1922.

 

 

 

Parle moi aussi des Maisons Closes à l’époque du Moyen Age, la aussi comment s’est passée ta documentation sur le sujet et aussi sur le jour de la Saint-Michel.

 

1537_Braunschweiger_Monogrammist_Bordellszene_anagoriaIl était illégal de se prostituer pour son propre compte au Moyen Âge, mais il y avait de nombreuses maisons closes légales, dont les propriétaires étaient souvent des évêques ou des officiels des villes qui en tiraient un bon revenu. Il y avait des règles strictes pour dire si les clients pouvaient y passer la nuit entière et des hommes étaient chargés d’inspecter les prostituées pour s’assurer qu’elles étaient saines. Les bordels abritaient des femmes, des filles et de jeunes garçons tous sous la férule d’une tenancière, aidée d’hommes de main pour maintenir l’ordre.

Les clients les plus riches pouvaient louer une pièce à la décoration élaborée avec une fille déguisée en fonction des goûts du client. Les clients ordinaires étaient conduits à une série de cabines ouvertes, comme des stalles pour les animaux dans les étables, dans une grande pièce ouverte sur une cour. Dans certaines maisons closes il n’y avait même pas de séparation entre les couchettes.

Si nous en savons autant sur les bordels, c’est parce qu’ils étaient régulièrement inspectés pour assurer aux propriétaires qu’ils encaisseraient leur argent. Alors nous avons de nombreux rapports d’inspection, et aussi des rapports de tribunaux, quand les clients portaient plainte pour vol. Nous avons aussi des images paillardes de bordels dessinées par des moines dans les marges des bibles et des psautiers illustrés, qui suggèrent qu’ils avaient une connaissance intime des plaisirs offerts dans les bordels.

Le jour de la Saint Michel était un jour de fête important, avec de nombreuses coutumes qui remontaient au temps du paganisme. L’archange Michel était le substitut chrétien pour les anciens dieux de l’air et du monde souterrain, car il pouvait voler et détenait les clés de l’Hadès. La Saint Michel était un jour de réjouissances et d’anarchie, pendant lequel des bandes de jeunes gens enlevaient des femmes dans les rues. Apprentis et autres ouvriers bénéficiaient en général d’un jour férié, comme aujourd’hui, et c’était une bonne excuse pour les tenancières de bordel pour organiser une orgie avec moult alcool, et de la nourriture sculptée de façon sexuellement provocante, pour inciter les nouveaux clients à entrer.

 

 

 

 

Maintenant on va parler des personnages de ton roman, en premier je voudrais que tu nous parles de Elena jeune paysanne qui va être appelée au service de Lady Anne et qui va subir une descente aux enfers.

 

Witch-scene1C’est une ouvrière agricole de 15 ans, amoureuse d’ouvrier agricole, Athan, bien que sa mère à lui la déteste. Mais cette jeune fille innocente est ravie quand Raffaele, le régisseur, la choisit pour devenir la femme de chambre personnelle de Lady Anne. Prendre soin d’une vieille dame sera plus facile que le travail des champs, qui casse le dos.

Mais Helena ne sait pas qu’elle a été choisie dans un but bien plus sinistre et plus mortel. En acceptant ce contrat avec le diable, elle va se retrouver accusée du meurtre de son propre enfant, jugée et condamnée à mort et ce ne sera que le début de sa descente aux enfers.

 

Raffaele intendant de Lady Anne va avoir un rôle primordial dans cette histoire, peux tu nous parler de ce personnage qui m’a marqué énormément.

 

 

Raffaele est un personnage pour lequel j’ai dû mener beaucoup de recherches, lire des documents médicaux pour savoir quels pouvaient être les effets de la castration sur le corps et sur l’esprit. Il a combattu lors des croisades et se retrouve régisseur d’un manoir, il est à la fois craint et moqué par les autres serviteurs. Mais sa loyauté envers un homme avec lequel il partage un terrible secret, va le conduire à tout faire dans sa vie terrestre pour s’assurer que l’âme de son ami ne finisse pas en enfer.

 

 

 

Et là maintenant un personnage vraiment haut en couleur et qui m’a aussi marqué, c’est le personnage de la mère Margot Maquerelle à Norwich, comment t’es venue l’idée d’un tel personnage que je suis pas près d’oublier !

 

 

IMGP5078BNORoCréer ce personnage m’a beaucoup amusée car c’est un personnage fort, bagarreur, qui peut terrifier n’importe qui, homme ou femme. Dans le roman, sa chaise en forme de trône est décorée de sculptures de serpents, et j’ai eu l’idée du personnage de Margot en voyant une chaise avec des serpents. J’ai commencé à imaginer qui pourrait posséder une telle chaise et j’ai immédiatement imaginé Margot assise là. J’ai regardé ses yeux qui reflétaient la lueur des chandelles et j’ai su qui elle était.

Margot a une chambre tendue de fourrure, mais ce sont les secrets qu’elle cache dans son sous-sol qui sont vraiment inquiétants. On n’a vraiment pas envie qu’elle nous emmène dans ces passages sombres et dégoulinants d’humidité sous sa maison.

 

 

 

Dans ton roman il y a aussi de « la Sorcellerie » et le personnage de Gytha, comment t’es venue l’idée de parler de la Sorcellerie ?

 

 

Scan10014Au Moyen Âge, la plupart des gens, même les rois et les évêques croyaient en la sorcellerie. Certains rois ont même employé des sorcières et les ont emmenées sur le champ de bataille pour qu’elles les aident à vaincre leurs ennemis en conjurant des tempêtes. La sorcellerie elle-même n’était pas illégale au Moyen Âge à moins qu’elle ne fasse du mal à quelqu’un ou tue quelqu’un. Aussi, les gens allait souvent voir la guérisseuse ou la sage-femme du village, qui savaient utiliser les herbes, pas seulement pour se faire soigner, mais aussi pour obtenir des amulettes, des charmes ou des filtres d’amour pour les aider à se protéger eux, leurs familles et leur bétail. C’était un monde plein d’incertitudes, et les gens cherchaient désespérément des moyens de le contrôler. C’est pourquoi la sorcellerie faisait partie de la vie quotidienne au Moyen Âge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«  cette nuit-là, les prêtes qui accompagnaient l’armée de Richard vinrent bénir les hommes et tenter de les réconforter leur assurant qu’il étaient lavés de tout leurs péchés et qu’ils avaient œuvré pour la plus grande gloire de dieu…. » Tiré d’un extrais de la bataille de Saint-Jean d’Acre en Terre Sainte, deux questions à te poser :

1-Ton roman est vraiment d’actualité, car j’ai l’impression que l’ont revît actuellement une même période noire avec l’état islamique qui part en croisade contre les chrétiens, le monde fait les mêmes erreurs. La Guerre est elle automatiquement « de Religion » ?

2-Parle nous de la bataille de Saint-Jean D’Acre.

 

 

SiegeOfAcre12911-La guerre actuelle entre Empire Chrétien et Empire Islamique est très similaire aux croisades du Moyen Âge, et les deux camps la justifient de la même manière qu’à l’époque médiévale. La guerre est essentiellement une question de possession de territoire, mais quand la religion s’en mêle elle paraît faire ressortir à la fois le meilleur et le pire chez les gens. Le meilleur c’est que certains, à cause de leur foi, vont risquer leur vie pour aider leur prochain. Au Moyen Âge, il y a eu beaucoup d’exemples de Musulmans cachant des Chrétiens de leurs frères musulmans, mettant ainsi leur vie en grand péril.

Mais la religion fait aussi ressortir le pire chez les gens. Sitôt qu’une personne, homme ou femme, commence à proclamer que Dieu lui a ordonné de tuer, on ne peut plus la raisonner. Si elle pense que Dieu est de son coté, elle paraît perdre toute retenue et commet des actes d’une cruauté et d’une sauvagerie inimaginables, surtout si elle croit que si elle meurt elle ira tout droit au paradis. On a vu ça au Moyen Âge dans les deux camps, et maintenant on le voit à nouveau. Je pense que ce n’est pas la religion qui est cause de guerre, mais sitôt que la religion entre en ligne de compte dans un conflit elle transforme les humains en démons.

 

2-En 1189, Acre était le port le plus important de Terre Sainte. Pour pouvoir prendre Jérusalem, les armées chrétiennes emmenées par Richard Premier d’Angleterre et Philippe, duc de Bourgogne, devaient d’abord assiéger Acre. Les Chrétiens ont utilisé des machines de guerre pour abattre les remparts, mais les défenseurs musulmans ont répliqué avec le très redouté Feu Grec- une substance qui collait au bois, aux armures, aux vêtements, et à la chair et qui brûlait férocement. On ne pouvait l’éteindre avec de l’eau, seulement du vinaigre. Le plus ironique dans l’histoire est que beaucoup de ces défendeurs musulmans étaient des fils de Chrétiens arrivés lors d’une croisade antérieure, dont les pères et les grands-pères avaient été capturés et convertis à l’Islam. Après deux ans de siège, les Musulmans de la cité d’Acre se rendirent, pour le plus grand dégoût de Saladin dont le campement était à l’extérieur.

Philippe et Richard, qui s’étaient querellés tout au long de la croisade, se sont partagé le butin et Philippe est reparti pour la France. Saladin et Richard ont commencé à négocier un échange de prisonniers, mais pour des raisons qu’on ne connaîtra peut-être jamais, les négociations furent interrompues et Richard ordonna l’exécution de 2700 prisonniers musulmans au vu et au su de l’armée de Saladin. Malgré la brutalité du monde médiéval, les autres rois chrétiens en furent choqués, et quelques années plus tard les Chrétiens allaient payer le prix de ce massacre de leur propre sang.

 

 

As-tu une anecdote à nous raconter sur ton roman ?

 

Les gens pensent que les mangeurs de péchés ont disparu avec le Moyen Âge. Mais alors que je donnais une conférence sur La Malédiction du Norfolk en Angleterre, un homme d’une cinquantaine d’années m’a dit que pendant son enfance au Pays de Galles, il y avait dans son village un mangeur de péchés. Cet homme assistait à chaque funérailles et était payé par la famille pour manger les péchés du défunt, pour qu’il n’aille pas en enfer.

 

 

 

 

Le Concierge est curieux ;-) Peux tu nous mettre l’eau à la bouche et nous parler de ton prochain roman ?

 

PB-Cover-for-FalconsMon prochain roman est Falcons of Fire and Ice. L’histoire se déroule en 1564, alors que l’Inquisition torturait et brûlait les hérétiques au Portugal. Le père d’Isabela, qui est fauconnier du roi, est arrêté par l’Inquisition et accusé d’avoir tué les faucons blancs, très rares, qui ont plus de valeur que le palais d’un roi. Pour sauver la vie de son père, Isabela doit échapper à l’Inquisition et faire le voyage jusqu’en Islande pour essayer de remplacer les oiseaux, mais elle ne sait pas qu’un de ses compagnons de voyage a été envoyé sur le bateau par l’Inquisition pour s’assurer qu’elle ne reviendra jamais vivante.

L’idée de cette histoire m’est venue il y a des années alors que je travaillais en Islande et que j’ai été conduite, par un puits vertical, dans une grotte où il y a avait un lac thermal. Du temps des Vikings, les femmes venaient accoucher dans ces eaux et à travers les siècles de persécution, spécialement pendant la période sanglante de la Réforme, les gens s’étaient cachés là pour sauver leur vies. La grotte était éclairée par une seule torche, et avec la vapeur qui s’élevait en volutes autour de nous, j’ai pu sentir les fantômes de ces gens des siècles passés qui tournaient autour de moi dans l’obscurité. J’ai su qu’un jour, je voudrais faire de cette grotte le décor d’un roman et raconter leur histoire.

 

 

 

Que lis tu actuellement ? (Ton livre de chevet)

 

Je lis Blue-eyed Boy , de Joanna Harris (non traduit). C’est un roman moderne écrit sous forme d’e-mails, de journal en ligne et de dialogues de chat-room. Il est génial, parce qu’on ne sait pas si les crimes que l’un des membres de la chat-room prétend avoir commis sont vrais ou inventés, ou même lequel des personnages du roman écrit réellement les emails.

Je lis également Sang et Beauté de Sarah Dunant, sur la célèbre famille Borgia au 15ème siècle. Est-ce que Lucrèce Borgia, fille du Pape Alexandre, était réellement une empoisonneuse sans pitié, ou est-ce un malentendu ?

 

Quel sera ton mot de fin à cette interview ?

 

Merci de m’avoir invitée dans le souterrain secret du Concierge pour cette interview. J’ai adoré ce moment passé avec toi. Il me tarde de rencontrer les lecteurs, les auteurs et tous les amoureux des livres au Festival Polar à la Plage au Havre, quand j’y retournerai en juin. C’est mon festival préféré au monde.

 

Tous mes vœux t’accompagnent.