Et ils oublieront la colère de Elsa Marpeau chez la Série Noire Edition

Cette semaine nous fêtons la 4èmes années d’existence du Blog du concierge masqué.  Et qui mieux que Mme Elsa Marpeau pour fêter l’évènement.

3ième interview pour le blog cette fois pour son roman Et ils oublieront la colère chez la Série Noire Edition.

 

71ff-XRWR4LÉté 1944. Une femme court dans la campagne icaunaise. Elle cherche à échapper à la foule qui veut la tondre.

Été 2015. Un homme a été tué près d’un lac. La gendarme chargée de l’enquête soupçonne que son meurtre est lié à une tonte, qui a eu lieu soixante-dix ans plus tôt.

Entre aujourd’hui et hier, les destins s’entremêlent mais les protagonistes ne s’en souviennent plus – ils ont oublié la colère, les jours de liesse et la cruauté des vaincus contre ceux de leur camp, lors de la Libération. L’enquête va exhumer ce passé dont plus personne ne veut se rappeler.

Mme Marpeau rouvre les cicatrices du passé avec virtuosité car moi je vous le dit cet écrivain s’améliore de roman en roman et nous sort de son chapeau une intrigue remarquable et qui nous fait nous poser plein de questions.

Une évocation du passé en prise avec le présent et cette France qui décidément n’en finit plus de puer.

 

Un roman que je vous recommande absolument de lire.

 

 

La semaine prochaine je vous emmène à Norfolk pour des évènements moyenâgeux. Je vous souhaite de très bonne lecture à tous.

 

 

 

Bienvenue sur le divan pour votre 4ème roman Et ils oublieront la colère à la Série Noire. Comment est venue l’idée de ce roman ?

 

photo-Marpeau-cop-C-H__lie-Gallimard

 

 

D’une réflexion plus large sur ce que l’Histoire ou les religions infligent parfois aux cheveux des femmes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous nous parlez dans ce roman d’une période sombre de l’histoire de France à la libération, les femmes tondues pour collaboration avec les Allemands. Parlez-nous de ce qui vous a touchée dans ce drame.

 

 

La différence de traitement entre hommes et femmes m’a toujours intriguée. Aux hommes : la mort. Aux femmes : la tonte.

sanchevilleEtrange et injuste répartition des châtiments. Pourquoi les hommes devaient-ils mourir alors que les femmes pouvaient renaître ? L’injustice fonctionne dans les deux sens. Et là, les hommes sont touchés dans leur existence même ; les femmes dans leur chevelure. Je note que les religions s’attaquent souvent aux cheveux des femmes. Mais, dans ce livre, derrière l’argument apparent je voulais aussi parler des hommes victimes. C’est pourquoi la première victime, c’est Mehdi. C’est lui qui, derrière les symboles, est réellement sacrifié.

 

 

 

J’aime bien la construction du roman où nous voyageons dans deux époques. Comment vous est venue l’idée ?

 

Deux femmes, deux époques, deux points de vue. Cela semblait logique puisque le livre parle de la mémoire, de la transmission, des souvenirs et de l’oubli du passé.

 

 

Parlez-nous des deux personnages principaux : Marianne et  Garance Galderon.

 

Deux femmes fortes, obstinés, qui refusent qu’on s’attaque à leurs cheveux comme à leur liberté sexuelle.

 

 

« Si une femme ne se voile pas la tête, qu’elle se coupe aussi les cheveux. Or, s’il est honteux à une femme d’avoir les cheveux coupés ou la tête rasée, qu’elle se voile. L’homme ne doit pas se couvrir la tête, parce qu’il est l’image de la gloire de dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme » La Bible me fait flipper ! Quand pensez-vous ?

 

 

detay-le-spectre-de-la-femme-tondue« Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de se couvrir de leurs voiles : c’est pour elles le meilleur moyen de se faire connaître et de ne pas être offensées. » (Sourate 33 : 59)

« La pudeur est très importante pour la femme. D’abord au niveau de la tenue vestimentaire : il est interdit de porter un habit qui laisse découverte une partie de son corps, à l’exception du visage, du cou et des mains » Rabbin Youssef Haïm (Les Lois de la Femme; Ed. Salem Yshua, Jérusalem)

 

 

 

 

 

 

Avez-vous une anecdote à partager avec nous ?

 

En interrogeant ma famille sur mes grands-parents, morts aujourd’hui, j’ai appris que mon grand-père avait été résistant. J’avais toujours cru qu’il était pétainiste.

 

 

Qu’a pensé votre famille de votre dernier roman ?

 

Mon père a beaucoup ri en le lisant.

 

Cette année, la Série Noire fête ses 70 ans. Ca représente quoi pour vous d’être dans cette très belle maison d’édition  et quel est votre roman préféré de la collection?

 

 

tumblr_lzaox8lsa61rpw8vuo1_1280J’aime Le Bloc de Jérôme Leroy et Manhattan Grand Angle de Shannon Burke. Et je suis très fière d’être dans une maison qui publie des livres si intransigeants, si littéraires, si peu consensuels que ceux de PIerric Guittaut, Frédéric Jaccaud ou Eric Maravelias.

 

 

 

J’aime aussi le poème de Paul Eluard que vous avez mis dans le roman « La Tondue » Qu’aimez-vous d’autre comme poème de Mr Eluard ?

« Je suis né pour te connaître

Pour te nommer

Liberté. »

 

 

Que lisez-vous actuellement ?

 Middlesex de Stephanides.

 

Quel sera votre mot de fin à cette interview ?

Je t’embrasse, Richard !