Sandra Martineau :: Confiance Aveugle

Sandra Martineau et le Concierge MasquéVous pouvez me faire une confiance aveugle si je vous dis de lire ce superbe roman français. Quelques jours de pure régalade, avec un suspense parfaitement maîtrisé.

Comme je m’évertue à le répéter, nous avons une génération d’auteurs qui vaut le détour ! Et cela nous promet de futures bonnes lectures.

Le roman de Sandra Martineau est d’une grande efficacité et, par ses nombreux détails, elle nous fait voyager dans l’univers du frisson garanti. Elle brouille habilement les pistes de page en page. Vraiment une très belle réussite.

Voici un résumé de son roman Confiance Aveugle, chez Liv Éditions :
La famille d’un célèbre mannequin est sauvagement assassinée. Seule Annabelle, la fille cadette, échappe au meurtrier. Dans sa fuite. Elle est heurtée par une voiture et perd la vue. Quatre ans plus tard, la jeune aveugle. Aidée par une psychologue, tente une nouvelle vie. Inscrite à l’université de Saint-Brieuc, elle partage un appartement avec sa fidèle amie Léa et fait de nouvelles rencontres. Dans le même temps. Le lieutenant Morin enquête sur une série de crimes mettant en scène de splendides jeunes femmes blondes. Et quand le meurtrier prend contact avec Annabelle, Morin comprend que les deux affaires sont peut-être liées…

Sandra Martineau vient par ailleurs de sortir un second roman, Promotion en enfer, chez Les Éditeurs Tranquilles. En voici un résumé :
En attendant la nomination de leur nouveau directeur commercial, Sarah, Julia, Peter, Frédéric et Philippe sont conviés à un séminaire professionnel sur une île paradisiaque privée.
Rares sont ceux qui refuseraient une telle opportunité. Pourtant dès leur arrivée, rien ne se passe comme prévu.
Seraient-ils vraiment partis s’ils avaient su que derrière le rêve se cachait l’Enfer ?

Très bonne lecture à tous et rendez-vous à la semaine prochaines, mes amis.

Peux-tu nous parler de ton enfance et nous dire comment tu en es venue à écrire des thrillers ?
Je suis née en Bretagne et jusque mes 19 ans, j’ai habité St-Brieuc dans une cité dite populaire. Enfant unique, je jouais souvent seule dans ma chambre et m’inventais des tas d’histoires de gentils et de méchants. Bonne élève en rédaction à l’école primaire, je m’appliquais pour faire oublier mes fautes d’orthographes en rédigeant des textes créatifs et originaux. La bibliothèque du quartier est vite devenue pour moi un oasis culturel et j’ai continué de cultiver mon goût de la lecture en grandissant. Mon intérêt pour le style littéraire policier et thriller n’est arrivé que plus tardivement et à force de lire, les idées sont arrivées, mon cerveau s’est construit sa propre logique et ma main a été le prolongement des mes pensées. Le thriller est à la base de ma culture télévisuelle et cinématographique, et j’apprécie énormément ces ambiances de suspense.

Parle-nous d’Annabelle, le personnage principal de ton premier thriller Confiance Aveugle, chez Liv édition.
Annabelle est une jeune femme, intelligente pleine de punch et pourtant si naïve parfois. Je l’ai pensé un peu comme moi sur ce point : sachant que le monde est cruel, mais toujours persuadée que tout le monde est beau tout le monde est gentil. Elle a connu un véritable drame en perdant sa famille dans de terribles conditions, mais fait en sorte de relever la tête pour survivre. C’est aussi un fort caractère, qui ne se laisse pas dompter facilement, une vraie tête de mule, mais ne dit-on pas Breton, tête de c… ?

Tu aimes nous emmener sur de fausses pistes dans ce roman.
J’avais envie de perturber un peu le lecteur, parsemer des indices qui pourraient laisser entendre que le coupable n’est pas forcément celui qu’il croit avoir trouvé. Ces rebondissements donnent une certaine dynamique à la lecture du roman, puisque le lecteur élabore des hypothèses qui sont malmenées tout au long de l’histoire.

Ton livre me fait penser à un film que j’avais beaucoup aimé : Seule dans la nuit de Terence Young.
Je n’ai pas vu ce film. Par-contre, en effectuant mes recherches, je me suis rendue compte que les handicaps ne sont pas souvent intégrés que ce soit dans le cinéma ni dans la littérature et en soulevant cette barrière, j’ai intéressé de nombreux lecteurs.

J’aime la citation de ton roman : « il faut savoir oublier le passé pour préparer l’avenir ». Peux-tu nous l’expliquer ?
On ne peut pas avancer correctement dans sa vie en regardant toujours derrière soi. Le passé nous apprend des choses sur nous-mêmes et notre environnement, il faut en tenir compte mais pas y rester accroché. Mais je suis aussi consciente que c’est plus facile à dire qu’à faire.

As-tu une anecdote concernant ton roman Confiance Aveugle ?
À la base, ce roman se déroulait sur le Mans, mais c’était sans compter sur mes origines bretonnes qui ont vite repris le dessus. Mais, chut je ne vous ai rien dit !

Parle-nous de ton deuxième thriller, Promotion en Enfer, sorti chez Les Éditeurs Tranquilles ?
Je me suis amusée à écrire ce roman en partant de la fin pour ensuite construire l’univers et les interactions de mes cinq personnages. J’avais envie de faire travailler les méninges de mes lecteurs et qu’une fois arrivé à la fin du livre, ils le reprennent à l’envers et se disent « j’aurai dû m’en douter ! ».

Comment écris-tu ? (le matin, le soir, dans un bureau…)
Je travaille à mon compte, et mes horaires sont assez étendus (8h30 à 19h). J’écris donc essentiellement le soir, quand les enfants sont couchés et la maison rangée. En y réfléchissant, je ne pourrais pas faire autrement car mes journées me procurent une sorte d’excitation intellectuelle qui stimule mon travail d’écriture. Lorsque je suis en vacances, il est rare que je réussisse à pondre quelques lignes. La plupart du temps mon mini ordi ne quitte pas le bout de la table à manger pour ne pas m’isoler du reste de la famille, et j’ai toujours à portée de main un carnet sur lequel je note des idées, le descriptif de mes personnages, la trame générale… Je peux travailler dans n’importe quelle situation, en voiture quand mon mari conduit, dans le bruit (la musique ou les dessins animés hurlant dans la télévision), voire même dans le silence de la nuit quand une insomnie s’empare de moi.

Que pense ta famille de tes romans ?
Hormis mon Papa, je n’ai pas de grands lecteurs parmi mes proches. Ceux qui ont lu mon premier roman, ont été agréablement surpris. Ils me soutiennent et sont heureux de me voir m’épanouir dans ce domaine.

Quels sont tes auteurs préférés ? Et pourquoi ?
Franck Thilliez !!! Plus jeune, je lisais beaucoup de romans américains et lorsque j’ai lu la Chambre des Morts, j’ai trouvé ma voie. J’aime beaucoup Mo Hayder et Peter James. Et j’attends impatiemment la suite des écrits de mon collègue sarthois David Moitet qui m’a transportée avec son Piège Boréal. Chacun de ces auteurs ont des styles particuliers qui m’attirent complètement. Mais, il y en plein d’autres aussi…

Quelle est l’actualité qui t’énerve et celle qui te fait sourire ?
L’actualité politique m’énerve profondément. Je supporte de moins en moins ces personnes qui pensent avoir les solutions aux problèmes de la population alors qu’ils ne sont jamais sur le terrain et qu’ils évoluent dans une sphère différente. Celle qui me fait sourire ? Euh joker !

Quelles sont tes passions, à part l’écriture ?
J’adore la photographie, et depuis peu je me suis mise aux loisirs créatifs. La quarantaine de livres cachés sous mon lit, attendant patiemment d’être lus, témoignent de ma passion pour la lecture. Il y a aussi les puzzles, mais faute de temps et d’espace, j’ai dû arrêter.

Quels lieux en Bretagne aimerais-tu nous faire connaitre ?
Des Côtes d’Armor à L’Ile et Vilaine, en passant par le Morbihan et le Finistère, tout est à découvrir en Bretagne. C’est une magnifique région, qui marque tous ceux qui la visitent. J’aime particulièrement Sables d’Or les Pins, St-Malo, l’ïle de Bréhat, Concarneau et Vannes et tant d’autres villes… La Bretagne est belle tout entière !

Quelles sont ta chanson et musique préférées ?
Je ne saurais pas me limiter à une chanson ! Chez mes parents, il y avait toujours de la musique et du coup beaucoup de chansons font vibrer mon petit être car j’adore ça. Il m’est impossible d’en élire une comme ma préférée. J’écoute de tout, aussi bien du rap, de la techno, du classique, que de la variété… (sauf peut-être le reggae dont je ne suis pas très fan). Francis Cabrel et Zazie sont chers à mon cœur.

Quel est ton Film préféré ?
L’incontournable SEVEN de David Fincher, mais Usual Suspect de Bryan Singer n’arrive pas très loin.  J’adore les films qui me transportent sur des voies inattendues, et j’apprécie énormément le thriller et le fantastique.

Quel sera ton mot de fin pour tes lecteurs et lectrices ?
Merci. C’est grâce à vous que je persiste dans l’écriture et que j’essaie de me renouveler en permanence pour toujours vous surprendre.