Philippe Kleinmann :: Double Hélice

Philippe Kleinmann - Crédits photo Jérôme Chatin - L'expressQuand je vous dis qu’on fait de drôles de rencontres dans le polar. Tous les corps de métier y sont représentés. Et là, je vais vous parler d’un chirurgien de renom, M. Philippe Kleinmann.

Vous me direz, le sang attire le sang, mais quand même !

Quelle agréable surprise que ce roman, Double Hélice, aux éditions du Masque. Un plaisir qu’on abandonne à regret.

Un roman écrit à deux avec Sigolène Vinson, un duo gagnant !

Un jeu de piste formidable, une remontée dans l’histoire du Moyen Âge et une découverte de la biotechnologie.

Une course contre la montre formidable, à déguster sans modération. On attend déjà le prochain avec impatience.

Voici un résumé de Double Hélice :

Le lendemain de ses vingt-trois ans, Samuel, étudiant en biotechnologie, reçoit un pli en provenance d’une étude de notaires italiens : c’est une lettre de son père, le docteur Joshua Adam Lenostre, qui lui donne rendez-vous dans les bureaux de Maître Ricci, à Venise.
Premier signe de vie de ce chirurgien, mort devant ses yeux d’enfant, onze ans plus tôt lors de l’incendie de son laboratoire de recherche de l’Institut Curie. Le laboratoire était alors à l’aube d’une découverte thérapeutique majeure. Samuel Lenostre, intrigué, se rend à Venise où Maître Ricci lui remet un opuscule intitulé « Voyage à Gênes ». Son père semble être l’auteur de ce journal intime qui relate le quotidien d’un médecin du 21ème siècle projeté à la fin du Moyen Âge, à l’époque d’Ambroise Paré et de Paracelse.
Comment survivre à l’aube de la Renaissance avec simplement ses connaissances et ses deux mains ? Comment protéger sa famille d’un criminel prêt à tuer pour un brevet ? Comment aimer ses enfants de si loin ? Comment faire quand le temps presse et que l’on n’a que cinq siècles devant soi…
Entre les lignes de ce texte incongru et auquel personne ne donne foi, Samuel Lenostre, épaulé par sa sœur Julie et le policier Hugo Gottlieb, va suivre la piste qui mènera à son père, au traitement révolutionnaire du cancer et au criminel à l’origine du drame.
L’enquête se révélera particulièrement ardue car le mal et la cupidité suivent évidemment le même chemin.

Et je vous laisse maintenant avec cet auteur surprenant et talentueux, très bonne lecture.

Pouvez-vous nous parlez de votre enfance  et comment est venue votre passion pour l’écriture ?
J’ai eu une enfance heureuse, entourée de parents attentionnés et d’une famille unie. Peu de lecture, chez mes parents, mais très tôt l’amour du livre et de la B.D. Le roman d’aventure et la science fiction ont très tôt bercé mon enfance. Ma passion pour l’écriture vient donc d’une passion pour les livres et la lecture.

Chirurgie et roman policier, quel mélange étonnant ?
Les médecins partagent avec les policiers l’enquête  ou la recherche du  diagnostic. Trouver le bon diagnostic relève parfois d’une véritable enquête, discriminer le vrai du faux, chercher des indices, des signes… il s’agit de la même démarche.

La chirurgie, les urgences les plaies par armes a feu sont un point de vue unique sur notre société et ses travers, les chirurgiens sont également des gens passionnés vivant un peu en dehors du temps, passant beaucoup de temps au bloc ou à l’hôpital, mais ce sont des hommes ou des femmes dont je voulais montrer l’enthousiasme.

Pouvez-vous nous parler de votre association avec Sigolène Vinson pour écrire vos romans ?
Le hasard fait parfois bien les choses,  une rencontre, des échanges d’idées, d’histoire abracadabrantes , d’imaginaire et nous nous sommes retrouvés dans l’écriture de bistouri blues notre premier roman.

Double Hélice - Kleinmann et VinsonVotre roman Double Hélice est une vraie énigme, un voyage dans le Moyen Âge et notre époque. Pouvez-vous nous dire comment vous est venue l’idée ?
L’idée initiale était simple. Comment un chirurgien transporté dans le passé pourrait survivre ? Survivre en conservant sa passion, la chirurgie.

Le reste en découle, comment ce même homme qui adore ses enfants  peut les aider lorsque cinq siècles les séparent…

A partir de ces deux éléments tout Double Hélice s’est construit.

Parlez-nous du Docteur Joshua Adam Lenostre ? Un personnage très attachant.
Que dire…C’est un chirurgien, pas un chirurgien esthétique, style Nip/Tuck. Pas de frime dans son métier, juste une passion celle d’agir sur la maladie des autres avec ses mains et ses instruments.

La chirurgie et cette passion existent depuis la nuit des temps, on en retrouve des traces dans Égypte ancienne et plus récemment au Moyen Âge avec le premier chirurgien moderne Ambroise Paré.

Y a-t-il un espoir de voir le Cancer reculer dans les années à venir ?
Certainement, la compréhension de la genèse du cancer est en train de se transformer. L’origine environnementale des cancers est bien acquise comme pour le tabac ou l’amiante depuis quelques années. Maintenant on se rend compte que le patrimoine génétique et les mutations sont des éléments fondamentaux pour qu’un individu développe un cancer. Cette perspective génétique ouvre des possibilités thérapeutiques majeures dont nous ne sommes qu’aux prémices…

Pouvez-vous nous parler de votre premier roman, Bistouri blues ?
Le bloc, la chirurgie, la passion des médecins pour leur métier et le plaisir d’écrire un roman d’aventures. Voilà comment Bistouri blues est né !!!!

D’ailleurs vous avez remporté pour ce livre le Prix du roman d’aventures. Quelle impression ça fait de remporter un prix comme celui-là ?
Humblement, une très grande joie, de constater que d’autres apprécient votre imaginaire.

Comment vous écrivez ? (le soir, le matin, a un bureau ?)
Quand le bloc me laisse du temps !!! Donc le soir, le week-end ou en vacances. Mais quel que soit le moment j’ai besoin d’une très grande table où je peux m’étaler.

Avez-vous une anecdote amusante sur un de vos romans ?
En réanimation, un patient après des suites difficiles commence à récupérer. Un matin pendant la visite, il me sort Double hélice et me demande de lui dédicacer.

Un lecteur m’a demandé si le pseudo article scientifique qui démarre Double Hélice est vrai !!! Si on avait guéri le cancer !!!

Je vois dans votre dernier roman que vous avez une passion pour le Jazz, pouvez-vous nous en parler ?
J’adore cette musique depuis toujours. J’apprécie plus spécialement les instruments à vent comme la trompette ou le trombone. Le jazz c’est une idée de la liberté. Surtout la liberté des musiciens dont les improvisations m’enchantent.

Le concierge est curieux : quel sera votre prochain roman ?
Substance, tel est son titre. Ce troisième roman reprend les personnages de Bistouri blues. Le docteur Chopski chirurgien et l’inspecteur Cush Dibbeth sont aux prises avec des mafieux parisiens.

Quel est votre écrivain préféré ?
Difficile de répondre, mais comme cela à la volée, je dirai Philip José Farmer pour Le monde du Fleuve ou Les amants étrangers.

Si vous deviez rencontrer un personnage célèbre, quel serais ce personnage ?
Je pense qu’il s’agirait d’un scientifique. J’aurai adoré rencontrer Georges Charpak, prix nobel de physique.

L’univers d’un Charpak ou d’un Einstein me semble beaucoup plus inventif voire surréaliste que les mondes de certains « artistes ». L’imaginaire des scientifiques dépasse souvent les bornes de nos possibles.

Quelle est votre passion dans la vie ?
La chirurgie reste celle qui a conditionné toute ma vie.

Quel est votre film préféré ?
Star Wars, les premiers épisodes.

Un dernier mot pour vos lecteurs et lectrices ?
J’aime à croire que l’imagination et la passion sont les moteurs de l’homme. J’espère que je ne me trompe pas !!!!

Crédits photo : Magazine L’express – Jérôme Chatin