Interview de Benjamin Berdeaux, David Boidin, Maxime Gillio : L’Exquise Nouvelle

J’avais un rêve. J’aspirais à pouvoir interviewer des auteurs de polar et partager ces moments sur le net. Malheureusement, mes connaissances en informatique ne me permettaient pas de sauter le pas. Et puis j’ai rencontré David Boidin aux Quais du Polar 2011 qui, devant une bonne bière, m’a offert l’opportunité de réaliser mon rêve.

Ce blog, je le dois à trois supers mecs, les eXquisMen : David Boidin, Maxime Gillio et Benjamin Berdeaux.

Au delà de leur entreprise, ce sont avant tout des passionnés de la chose écrite en général et du monde du polar en particulier. Preuve en est l’Exquise Nouvelle, ce happening littéraire qu’ils lancent pour la deuxième fois cette année. Au programme, des nouvelles d’auteurs inédites et en lecture gratuite sur le net, des cadeaux à gagner et une bonne cause défendue. Ce sont ça aussi, les eXquisMen.

eXquisMen

Parlez-moi de votre parcours avant de vous rencontrer, messieurs ?
MG – Prof de français pendant onze ans, entré dans l’Éducation Nationale par conviction, démissionnaire par conviction également. Romancier depuis 2005.

BB – Avant que les deux zigs viennent chambouler mes plans, j’avais un petit studio de communication depuis 2 ans.

DB – Mon parcours professionnel a toujours suivi le cours de mes passions. J’ai travaillé pendant 13 ans dans la vidéo et la hifi de haut de gamme. À la naissance de mes enfants, je me suis cherché une passion que je pouvais partager avec eux et suis retombé en enfance dans les parcs d’attractions. Quelque temps plus tard, je créais la branche internet d’un tour operator spécialisé dans les parcs du monde entier. J’ai beaucoup lu dans mon adolescence mais l’arrivée dans la vie active m’a éloigné de la chose écrite. La chambre des morts de Franck Thilliez m’a redonné cette folle envie de me plonger dans les pages de livres qui ne m’a plus quitté et qui a influé sur ma vie professionnelle.

Comment a été créée la société  eXquisMen ?
MG – L’idée nous est venue (à moins que ce ne soit à David ? Oui, sûrement à David…) pendant que nous menions l’aventure de l’Exquise Nouvelle 1. Des dizaines de mails quotidiens, on apprend à se connaître, à s’apprécier, on réalise que nous avons des aspirations communes malgré nos parcours professionnels différents. On s’épanche, on se dit que ce serait peut-être bien de tenter un truc, que nos boulots respectifs nous plombent, que David a besoin de moi pour attraper la farine sur l’étagère du haut, que moi j’ai besoin de lui pour ramper sous le lit chercher mes chaussettes, et puis on rencontre Benjamin dont on sent tout de suite qu’il va nous apporter ce qui manquait à notre projet pour voir le jour, et qui en plus, peut chercher le vieux paquet de farine sur l’étagère du haut, mais derrière le paquet de sucre. Et un jour, on saute le pas.

DB – C’est vrai, eXquisMen n’existerait pas si l’Exquise Nouvelle ne nous avait pas réunis. Nous nous sommes rendu compte que nous étions complémentaires, les trois pièces d’un puzzle s’emboîtant parfaitement pour proposer un panel extrêmement large de prestations.

En quoi consiste eXquisMen, et que proposez-vous ?
DB – L’originalité de notre boîte est qu’elle concentre toute l’activité éditoriale de l’écriture du manuscrit à la promotion du livre fini. Corrections, évaluation de manuscrit, création de couverture, mise en page de manuscrit, aide à la prospection, veille d’informations, communication web via blog/site/réseaux sociaux/vidéos, communication hors web, impression tous supports. Et je suis sûr que j’en oublie. Nous pouvons collaborer avec des auteurs en herbe peu sûrs de leur manuscrit comme avec des auteurs confirmé pour leur permettre de se recentrer sur leur écriture. C’est valable également pour les éditeurs, petits et grands, les libraires et les organisateurs de salon littéraire.

L'Exquise NouvelleComment a été créée L’Exquise Nouvelle saison 1 ?
MG – Un jour que je glandais sur Facebook, je lis un statut de Franck Thilliez, relatif à un léger incident domestique qu’il venait de vivre. Quelques heures plus tard, je lis un statut de Laurent Guillaume qui lui répondait sans le savoir. Tiens, que je me dis, le premier crossover sur Facebook. Et là, l’idée géniale fuse. Cela dit, s’il n’y avait pas eu David, l’idée serait restée virtuelle.

DB – Au départ, nous nous sommes dit que ça ne prendrait que quelques jours, quelques semaines tout au plus. Nous étions en juillet de l’année dernière. Nous ne savions pas dans quoi nous nous embarquions, c’était une première sur Facebook. En contactant nos différents potes, on espérait avoir une vingtaine de réponses positives, nous n’étions pas sûrs que le concept allait intéresser. Au final, on s’est retrouvé avec une bonne centaine de demandes qui n’ont pas pu toutes être honorées. 80 auteurs qui se sont relayés pendant quatre mois. Je vous assure que nous étions sur les rotules et bien content que ça se termine arrivé décembre.

BB – Pour ma part j’ai rejoint le bateau en route, n’étant pas auteur, j’ai illustré les aventures du tueur à l’andouillette !

La sortie nationale du livre L’Exquise Nouvelle saison 1 était le 29 octobre, pouvez-vous nous en parler ?

BB – Une eXquise soirée qui a permis de mettre des visages et des voix sur ces profils Facebook, de l’andouillette, du chinon ! Tout était réuni pour cette sortie tant attendue !

DB – Quand nous avons lancé cette histoire de tueur à l’andouillette sur Facebook, nous ne nous doutions ni du succès que nous allions rencontrer ni que cela puisse un jour devenir un livre. Les offres d’éditeurs sont venues à nous à notre plus grand étonnement. Vous imaginez gérer les droits d’auteur pour 80 intervenants ayant écrit quelques lignes chacun. Le casse-tête. Puis s’est imposée à nous l’idée que les droits pouvaient être reversés à une association caritative. Nous avons ensuite énormément travaillé sur l’adaptation du concept sur papier. Pour en arriver à cet OLNI qui possède, comme tout bon DVD qui se respecte, des bonus, des scènes coupées, etc.

Et maintenant, la saison 2 ? Quelle sont les règles cette fois-ci ?
DB – Exit le cadavre exquis des surréalistes à la sauce Facebook et bonjour les exercices de style oulipiens à la Queneau. 40 auteurs partent d’une scène qu’ils doivent développer sur 2 500 à 4 000 signes (certains ont dépassé, pas bien grave !) avec trois mots imposés chacun. On perd le côté feuilletonnant de l’an dernier pour gagner en histoires multiples. La scène de départ se veut un mix entre Les 10 petits nègres d’Agatha Christie et Blanche-Neige et les 7 nains. D’où le nom de cette saison : Les 7 petits nègres. Parce qu’il était dommage que les mots imposés restent cachés, tout au long de la saison, à chaque mise en ligne des nouvelles sur le site internet de l’événement, un concours récompense le premier qui les trouvera avec à la clé un livre ou un cadeau mystère, au choix. Parmi les autres nouveautés de cette année, nous sommes heureux d’accueillir des artistes de tous horizons et des auteurs non-francophones.

Si vous étiez sur une ile déserte, quel livre emporteriez-vous ?
MG – Eh eh eh, moi, j’ai déjà répondu à cette question il y a deux semaines, mon petit Richard !
BB – Les disparus de l’A16 de mon compère Maxime Gillio pour me fendre la gueule et imaginer Virginia à mes côtés !
DB – Sans doute Le journal de Jules Renard ou Les chroniques de la montagne (les deux volumes) d’Alexandre Vialatte.

Une anecdote marrante dans votre boulot à tous les trois ?
MG – David et Benjamin ronflent tous les deux. Pas moi.
BB – Maxime, président du jury d’un concours de nouvelle s’est trompé de ville dans le GPS, le jour de la remise des prix, par chance il n’était qu’a 80km de là où il était attendu !
DB – Comme nous travaillons sérieusement dans la plus parfaite déconnade, j’ai du mal à sortir une anecdote du lot.

Quel est le plus tyran des trois chez les eXquisMen ?
MG (sans hésiter) – David !
BB (sans hésiter) – Maxime !
DB – Je dois bien reconnaître que ça doit être moi. Mais si je les fouette, c’est pour leur bien.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
MG – Tous nos devis sont gratuits, profitez-en !
BB – Je vais plagier mais tant pis… et je dirais « Le meilleur reste à venir… »
DB – Un grand merci à celles et ceux qui ont acquis l’Exquise Nouvelle en sachant que tous les droits étaient reversés à l’association « Écoute ton Cœur » et, par ricochet, un remerciement tout aussi grand aux auteurs qui ont accepté de céder leurs droits.